Immobilier: les primo-accédants sont de retour sur le marché

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Le déconfinement conjugué avec la baisse des taux d’intérêt s’est concrétisé par le retour des primo-accédants sur le marché de l’immobilier, explique un communiqué du courtier en prêt immobilier et rachat de crédit Cafpi. En mai, la clientèle du spécialiste se composait de 66% de primo-accédant, contre 62% en avril. 

Dans la ligne de mire des clients des agences Cafpi: le financement d’une résidence principale, dans 18% des cas. Et 16% étaient là pour faire financer l’achat d’un bien destiné à la location. 

5,74 années de revenus

Plus nombreux, les primo-accédants ont également emprunté plus en mai qu’en avril. Alors qu’en avril le prêt moyen avoisinait les 224 100 euros sur 282 mois, il a atteint 234 100 euros sur 284 mois le mois dernier. Un tel prêt fait que le prix du bien équivaut à 5,74 années de revenus pour un primo-accédant.

Du côté des acquéreurs n’en étant pas à leur premier achat immobilier, la tendance est inversée. En mai, le montant moyen de l’emprunt a diminué par rapport au mois d’avril. Il est passé de 358 000 euros sur 267 mois à 347 800 euros sur 265 mois. Soit la mobilisation de 6,58 années de revenus pour devenir à nouveau propriétaire.

Une préférence pour l’ancien

Dans les deux cas, les achats dans l’ancien ont eu la préférence des clients du courtier. Néanmoins, cette part a diminué. En avril, l’ancien a séduit 76,7% des primo-accédants et 72,2% en mai. Ce recul s’observe aussi chez les autres acheteurs, mais il est légèrement moins net puisqu’il passe de 83,5% à 80,9%.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif