Immobilier : les diagnostiqueurs en ordre de marche pour faciliter la reprise du secteur – Capital.fr

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

L’immobilier ancien est à l’arrêt. Depuis le 17 mars et les premières mesures de confinement, le marché a connu un coup d’arrêt inédit, avec une chute de plus de 80% des volumes de transactions. Les agents immobiliers ont réussi à finaliser quelques opérations sur la fin mars et le marché pourrait reprendre quelques couleurs dans les semaines à venir, avec la parution d’une ordonnance permettant les signatures d’actes authentiques à distance, avec son notaire. Mais la relance du secteur est également conditionnée à la reprise d’activité d’un maillon essentiel de la chaîne du logement : celui des diagnostiqueurs. Pour l’heure, près de 95% de la profession est à l’arrêt. Or, sans diagnostics obligatoires (amiante, plomb, performance énergétique, gaz ou encore électricité), aucune vente immobilière ne peut être bouclée. Actuellement, seules les opérations urgentes sont encore menées, comme le repérage d’amiante avant-travaux, ou certains diagnostics en logements, sous certaines conditions…

“En ce qui concerne les diagnostics amiante et électricité, on doit en temps normal mettre en place un périmètre de sécurité sur les chantiers, explique Thierry Marchand, le président de la chambre des diagnostiqueurs de la Fnaim. Dans le contexte actuel, nous élargissons donc ce périmètre et en excluons tout autre intervenant. Et lorsque nous opérons chez des particuliers, il ne faut personne dans le logement !” Cette consigne pourrait d’ailleurs rapidement se généraliser à toutes les opérations. A l’image de ce qui s’est fait pour les ouvriers du BTP, les diagnostiqueurs ont élaboré leur propre guide sanitaire, pour permettre de maintenir certaines activités en toute sécurité. Élaboré, là encore, sous l’égide de l’Organisme professionnel de prévention du BTP, celui-ci fait actuellement l’objet de quelques ajustements et devrait voir le jour dans les prochaines heures.

Un guide indispensable aux yeux des diagnostiqueurs, qui rappellent être les premiers intervenants sur le terrain, dans la chaîne immobilière. Le document contiendra donc un ensemble de préconisations sanitaires à destination des professionnels et des particuliers susceptibles d’accueillir des diagnostiqueurs dans leur logement. Objectif : éviter que les salariés du secteur ne soient contaminés… et éviter qu’ils ne contaminent d’autres personnes. “Nous avons défini des protocoles de protection rigoureux, qui correspondent aux exigences minimales qu’on doit appliquer, détaille Thierry Marchand. Par exemple, lorsqu’il y a intervention dans un logement, celui-ci doit rester vide durant les 48 heures précédant notre passage et durant les 48 heures suivant.” Avec la publication de ce guide, les diagnostics pourraient donc reprendre dans les jours à venir, au moins dans les biens inoccupés.

Les prix de l’immobilier partout en France

Entrez une adresse (exacte, avec le code postal) et découvrez le prix des biens immobiliers vendus ces dernières années. Pas de résultats si pas de transactions.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif