Immobilier/ Banque. Crédit immobilier : pourrez-vous emprunter en 2020 ?

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

En ce début d’année 2020, et dans la lignée des derniers mois de 2019, les taux de crédit immobilier ont légèrement remonté de 0,10% en moyenne, mais jusqu’à 0,20% pour certaines banques.

Les taux moyens sont actuellement de 1,10% sur 15 ans, 1,30% sur 20 ans et 1,50% sur 25 ans.

Selon l’analyse d’un courtier en prêt immobilier *, les délais de traitement restent encore longs.

Mais pour les profils les plus convoités, ces hausses de taux ne sont pas toujours appliquées et il existe encore des marges de négociations bien qu’elles soient actuellement plus faibles que mi-2019.

Il est donc trop tôt pour parler de véritable remontée et la tendance peut encore s’inverser, en fonction de la conjoncture de ce début d’année.

Cet écart de trois mois entre les taux qui servent de base pour déterminer l’usure et les conditions proposées par les banques pose problème, selon l’analyse du courtier.

Et une limitation en vue des prêts sans apport

Le Haut conseil de stabilité financière (HCSF), qui vise la stabilité du système financier français, a préconisé, fin décembre 2019, une prudence accrue dans l’octroi de prêt avec deux recommandations majeures destinées aux banques : limiter le taux d’endettement à 33% et la durée des crédits à 25 ans.

Selon le courtier, les banques sont particulièrement vigilantes au taux d’endettement. Beaucoup ne dépassent pas déjà le seuil de 30%, notamment pour les revenus modestes.

Vers la fin des prêts sur 30 ans

Concernant les durées de crédit, certains établissements bancaires affichent toujours des prêts sur 30 ans dans leurs grilles de taux de janvier, mais ces crédits ne sont plus attractifs compte-tenu de l’écart de taux avec les prêts sur 25 ans.

Ils devraient donc progressivement disparaître en 2020, envisage l’étude.

En 2020, les interrogations portent davantage sur les prêts sans apport qui pourraient être plus limités. Les banques pourraient anticiper la mise en place des accords de Bale IV en réduisant ce type de crédits considérés comme plus risqués, ce qui les contraint à avoir davantage de fonds propres, avec un coût plus élevé pour elles.

* Étude de Vousfinancer, réseau de courtiers en crédits immobiliers fondé en 2008

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif