Immobilier/Actu. Hausse des taux de crédit immobilier : faut-il s’en inquiéter ?

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Des hausses jusqu’à 0,70 point

En avril, la quasi-totalité des barèmes reçus par les courtiers accusent une hausse significative, souligne Vousfinancer.

Une quinzaine de banques ont ainsi remonté leurs taux de crédit immobilier, de 0,05% à 0,70% pour l’une d’entre elles sur les moins bons profils d’emprunteurs.

La plupart des augmentations constatées sont aux alentours de 0,15% à 0,25%, « ce qui n’est pas négligeable. » Par exemple, une hausse de taux de + 0,20%, pour un prêt immobilier de 200 000 € sur une durée de 20 ans, fait passer la mensualité de remboursement de 906 € à 924 €, soit une différence de 18 € par mois, indique Credixia. Pour un couple de trentenaire, cette somme équivaut à la cotisation mensuelle de son assurance emprunteur…

Selon Sandrine Allonier, porte-parole de Vousfinancer, « les banques anticipent une hausse des conditions de refinancement dans les mois à venir et souhaitent reconstituer leurs marges à un moment où il y a moins de concurrence car elles sont actuellement peu nombreuses à accepter encore de traiter les nouvelles demandes de prêt… »

Autre raison : elles veulent limiter les risques, portant déjà toutes leurs attentions sur l’aide aux entreprises.

Des remontées de taux essentiellement au niveau régional

Ces remontées de taux concernent essentiellement des banques régionales, mais également une banque nationale.

« Sur 20 ans, une grande banque propose désormais des taux de 1,35% à 2,35% en fonction des revenus, contre de 0,85% à 1,65% en mars », observe Vousfinancer. Selon le courtier, les taux moyens sont actuellement de 1,20% sur 15 ans, 1,40% sur 20 ans et 1,60% sur 25 ans.

« Dans le contexte actuel, ces remontées peuvent être un véritable frein à la reprise… D’autant que les taux d’usure ont encore baissé en avril. Comment vont faire les ménages modestes qui voudront acheter avec des taux supérieurs à 2% sur 20 ans quand le taux d’usure est à 2,51% [seuil au-delà duquel il est interdit pour un établissement de prêter de l’argent, ndlr] ! Il faut espérer qu’au moment de la reprise de la demande, les banques ajustent leurs taux pour aider le marché à redémarrer », alerte Sandrine Allonier.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif