Ils oublient de récupérer leur gain et attaquent l’organisateur de la tombola

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Ils se sont présentés trois jours trop tard. La déception est grande pour un couple de Seine-Maritime, malheureux gagnants de la loterie organisée lors du festival d’automne d’Aumale. L’animation mettant en jeu un chèque de 10.000 euros, raconte le site actu.fr. Si le couple a reçu le ticket gagnant, il n’a pas pu toucher son gain parce qu’il ne l’a pas réclamé assez tôt. Un événement qui l'”empêche de dormir la nuit depuis quelques jours”.
“Malheureusement, nous nous en sommes rendu compte trop tard. L’Union commerciale refuse de nous verser notre gain”, expliquent les époux Torchy. Face à cette situation, ils ont décidé d’attaquer en justice l’UCA, organisatrice de la tombola. Toutefois, le règlement du jeu, dont le tirage au sort a eu lieu le 12 novembre, précisait bien que les gagnants avaient jusqu’au 4 décembre pour se faire connaître. Une date que le couple a ratée de peu : il a découvert qu’il avait remporté le gros lot le 7 décembre.
“On est écœurés”
“Nous sommes partis en vacances le 14 novembre. Nous n’avons pas regardé la liste des numéros gagnants et nous n’avons pas Internet”, expliquent les époux. “On pensait surtout que nous avions au moins un mois pour réclamer notre lot”, avouent-ils. Un jour après avoir appris leur victoire, ils décident donc d’appeler le président de l’Union des commerçants pour tenter d’obtenir leur gain. “Il m’a rappelé le lendemain pour me dire que ce n’était pas possible, qu’il y avait un règlement. À trois jours près, on est écœurés”, explique Gérard Torchy qui estime que “l’union commerciale aurait pu faire un geste. C’est vraiment dur à avaler”.
>> A lire aussi – Le très gros jackpot de l’Euromillions va augmenter dès février 2020
Le couple a pris un avocat pour tenter de récupérer la somme. De son côté, le président de l’UCA, Pierre-Arnaud Cockenpot a expliqué avoir organisé “une réunion exceptionnelle […] pour réfléchir à la position que nous devions adopter”. Au terme de cette concertation, l’Union a décidé “qu’il y avait un règlement et qu’il fallait s’y conformer. Si nous ne l’appliquons pas, nous nous exposons à d’autres réclamations”. Pierre-Arnaud Cockenpot estime ainsi que s’il acceptait de faire une exception “on viendra peut-être me voir pour me demander une voiture qui n’a pas été réclamée il y a 50 ans. Accepter de donner ce lot de 10.000 euros, ce serait faire jurisprudence”.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif