Hausse du bonus électrique, baisse de la TVA… ce que pourrait annoncer Emmanuel Macron pour l’automobile

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

L’industrie automobile fait partie des industries les plus touchées par la crise actuelle. Le marché s’est effondré en raison des mesures de confinement et, alors que la vie commence à reprendre son cours, l’heure est au bilan et surtout aux solutions. Bien conscient que ce marché a besoin de reprendre des forces, le gouvernement planche depuis plusieurs semaines sur un plan de soutien à la filière. Plan que doit annoncer Emmanuel Macron mardi 26 mai. Que va bien pouvoir contenir ce plan ? Plusieurs pistes se dessinent déjà alors que le ministre de l’Économie a répété, ces derniers temps, que les “technologies vertes” y trouveraient une place substantielle.
Les véhicules électriques tendant à se développer, des aides devraient ainsi être allouées par l’État à l’installation de bornes de recharge, rapporte franceinfo. Un fonds dédié devrait être mis sur pied à la Banque des territoires qui devrait permettre de viser, selon Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d’État en charge des Transports, pas moins de 100.000 bornes sur les autoroutes en 2021.
>> À lire aussi – Automobile, meubles, mode… les faillites se multiplient, l’emploi boit la tasse !
Par ailleurs, la prime pour l’achat d’une voiture électrique neuve devrait être revue à la hausse pour passer de 6.000 euros à l’heure actuelle à 7.000 voire 8.000 euros, selon les Échos. Ce bonus pourrait également passer de 3.000 à 6.000 euros pour les professionnels, croit savoir Le Parisien. Les véhicules hybrides rechargeables ne seraient pas en reste puisqu’ils pourraient eux aussi profiter d’une prime à l’achat qui devrait avoisiner les 2.000 euros pour un voiture neuve.
Une nouvelle TVA et une prime à la casse revisitée ?
Et pour montrer que le gouvernement entend mettre le paquet sur les technologies vertes, il se pourrait qu’il mette en place une nouvelle TVA pour les voitures électriques et les hybrides rechargeables, avance le quotidien. Pour l’instant son montant est inconnu, mais l’actuelle TVA pour l’achat d’un véhicule neuf est de 20 %. Ce taux est également celui en vigueur pour l’achat de pièces détachées d’occasion, mais le quotidien évoque une possible baisse, qui pourrait toutefois n’être que temporaire. A noter que cette diminution concernerait également les frais d’installation ou de remplacement des pièces.
>> À lire aussi – Un tiers des entreprises automobiles bientôt en faillite ?
Enfin, il devrait y avoir du changement en ce qui concerne la prime à la casse. Pour l’instant, celle-ci ne vaut que lors du remplacement d’un ancien véhicule, mais l’exécutif serait d’avis d’étendre son attribution pour y inclure plusieurs travaux d’entretien ou de réparation qui viseraient notamment à améliorer les performances du véhicule d’un point de vue écologique. Quant au montant de la prime lors de l’achat d’un véhicule neuf, il pourrait être réévalué : il passerait alors de 1.500 euros à 2.000 euros pour les ménages modestes, et de 3.000 euros à 4.000 euros pour les très modestes. Selon Le Parisien, il se pourrait même que les critères d’attribution soient révisés et assouplis pour inclure les voitures à vignette Crit’Air 3 pour les foyers très modestes, et celles à vignette Crit’Air 4 pour les autres usagers.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif