Gaz, taux des crédits, loyers à Paris, retraite… Ce qui change le 1er juillet pour le budget des ménages

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Où trouver les nouveaux plafonds des loyers parisiens ? Pourquoi les tarifs réglementés du gaz évoluent-ils peu en juillet ? Quel est désormais le taux maximal pour un crédit ? Pourquoi l’investisseur détenant des actions pourrait-il payer moins de frais à l’avenir ? Qu’est-ce qui change pour les personnes touchant l’Allocation adulte handicapé (AAH) ? Qui dit 1er juillet dit nouveautés affectant les dépenses et ressources des ménages…

Après une baisse de 2,8 % en juin, les prix réglementés du gaz (hors taxes) diminuent en moyenne de 0,3 % le 1er juillet. L’évolution est de – 4,3 % pour les clients utilisant le gaz pour la cuisson, de – 1,6 % pour ceux ayant un double usage cuisson et eau chaude, et de 0 % pour les foyers se chauffant, selon la Commission de régulation de l’énergie (CRE).

L’application normale de la formule tarifaire aurait conduit à une baisse moyenne de 5,1 %, mais un dispositif de lissage est appliqué à partir de juillet jusqu’à février 2021, pour « restreindre l’ampleur des évolutions successives jusqu’à la fin de l’hiver 2020-2021 », précise la CRE.

Notamment à éviter d’afficher une augmentation élevée des tarifs à l’automne. Les derniers mois de l’année riment en effet traditionnellement avec hausses des prix du gaz et la CRE anticipe en outre pour cette année un rattrapage car « la crise sanitaire a entraîné une chute historique des prix du gaz naturel en Europe ».

Tarifs réglementés du gaz : un an de baisse quasi ininterrompue


Source : CRE


Pour la suite, la CRE prévoit les évolutions tarifaires suivantes, lissage compris : + 0,2 % en août, + 1,1 % en septembre, + 0,9 % en octobre, + 1,7 % en novembre, + 1,7 % en décembre, +0,8 % en janvier 2021 et 0 % en février. Sans lissage, la hausse aurait été de 3 % en octobre et de 6 % en novembre, estime-t-elle. Attention il ne s’agit que de prévisions, les évolutions tarifaires définitives resteront communiquées chaque mois.

Un an après le retour de l’encadrement des loyers dans la capitale, les plafonds évoluent pour les baux signés à partir du 1er juillet.

Pour connaître les loyers maximaux s’appliquant dans votre cas, vous pouvez utiliser cette carte, en indiquant l’adresse du logement (Paris est divisé en quatorze secteurs tarifaires), le nombre de pièces, l’époque de construction, le type de location – meublée ou non. Exemple : pour un deux-pièces loué non meublé près de la place Gambetta (quartier Saint-Fargeau), construit dans les années 1980, le loyer maximal (dit « loyer de référence majoré ») passe de 21,20 euros par mètre carré à 21,50 euros.

Il vous reste 66.33% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

This content was originally published here.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif