Gaz, tabac, permis moto… tout ce qui change au 1er mars

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Baisse de 4,6% des tarifs réglementés du gaz
Les tarifs réglementés de vente du gaz appliqués par Engie à des millions de Français vont baisser de 4,6% au 1er mars, a annoncé la Commission de régulation de l’énergie dans un communiqué jeudi 27 février. Dans le détail, par rapport au barème en vigueur depuis le 1er février, les tarifs baisseront de 1,2% pour les clients qui utilisent le gaz pour la cuisson, de 2,7% pour ceux qui ont un double usage, cuisson et eau chaude, et de 4,8 % pour les foyers qui se chauffent au gaz.
Fumer coûte encore plus cher
Le prix du paquet de cigarettes augmente à nouveau au 1er mars. En cause, un relèvement de 50 centimes des taxes prélevées sur le tabac. Les fabricants fixent ensuite librement leurs grilles tarifaires en y ajoutant éventuellement une marge supplémentaire. Les Marlboro Red, le paquet le plus vendu en France, atteindront ainsi les 10 euros, contre 9,30 euros actuellement. Le paquet de Winston augmentera pour sa part de 60 centimes et son prix passera donc de 9 à 9,60 euros. Les Gauloises brunes, qui avaient quant à elles déjà franchi la barre symbolique des 10 euros le 1er novembre, coûteront désormais 10,60 euros. Plus chères encore, les Gitanes brunes seront vendues 11 euros au lieu de 10,50 euros actuellement. Une nouvelle hausse des tarifs est également prévue pour le 1er novembre 2020.
>> A lire aussi – Le prix du gaz naturel au plus bas depuis près de 4 ans
Un permis moto tout neuf et plus dur
Fini le code de la route commun à tous les permis de conduire ! Dès le 1er mars, tous les futurs motards devront passer l’Épreuve théorique moto (ETM), un test de 40 questions relatives à la conduite de la moto, son entretien, la signalisation, le positionnement à adopter sur la route, etc. L’épreuve pratique sera quant à elle plus longue : 40 minutes environ contre 30 minutes jusqu’ici. Et la notation y sera plus sévère, puisque pour obtenir le précieux sésame, il faudra désormais obtenir 21 points sur 27, au lieu de 17 points sur 27 aujourd’hui. Cette réforme, annoncée par Emmanuel Barbe, l’ancien délégué interministériel à la Sécurité routière, a pour objectif de réduire la mortalité des motards, qui représentent environ 20% des personnes tuées sur les routes de France chaque année.
>> A lire aussi – Nouveau malus écologique : ce qui change au 1er mars 2020
Le malus écologique encore révisé
Le barème appliqué aux véhicules les plus polluants avait déjà été durci au 1er janvier, faisant passer le seuil d’entrée dans le malus de 117 g de CO2/km à 110 g de CO2/km. Celui-ci sera encore révisé au 1er mars, afin de prendre en compte le WLTP, le nouveau protocole pour mesurer les consommations et émissions, généralisé en Europe depuis le 1er septembre 2018. Le seuil de déclenchement du malus s’appliquera désormais aux véhicules émettant 138 g de CO2/km. La pénalité coûtera 50 euros pour le seuil minimum et pourra grimper jusqu’à 20.000 euros pour véhicules dépassant les 213 g de CO2/km.
>> A lire aussi – Cadres : ces secteurs dans lesquels l’écart de salaires femmes-hommes est le plus élevé
Un index d’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes obligatoire pour les entreprises de plus de 50 salariés
Au 1er mars 2020, toutes les entreprises de plus de 50 salariés devront publier leur index de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. En réalité, cette obligation concerne déjà les sociétés de plus de 1.000 salariés depuis le 1er mars 2019 et celles de 250 salariés ou plus depuis septembre dernier. Le seuil sera donc abaissé désormais aux entreprises de plus de 50 salariés. Cet index, sur 100 points, devra être calculé chaque année, à partir de 4 ou 5 indicateurs selon la taille de l’entreprise (rémunérations, augmentations, promotions, congés maternité, parité du top management). Si l’entreprise obtient un “score” inférieur à 75 points, elle devra prendre les mesures nécessaires pour corriger la situation. Et ce, dans un délai de 3 ans, sous peine de pénalité financière (soit 1% de sa masse salariale au maximum).

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif