Fraude sociale : 2,6 millions de cartes Vitale en trop en circulation

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

2,6 millions de cartes Vitale en trop sont en circulation. Selon Le Figaro, c’est ce qu’a reconnu Mathilde Lignot-Leloup, directrice de la Sécurité sociale, lors d’une audition en commission parlementaire ce mardi 11 février. Un surnombre significatif qui n’entraînerait selon elle pas “plus de consommation” de prestations, mais qui fait craindre, à l’inverse, pour beaucoup une fraude sociale de grande ampleur en France. En effet, des députés tels que Patrick Hetzel (LR), Pascal Brindeau (UDI) et Michel Zumkeller (UDI) ont fait part de leurs inquiétudes face à ce surnombre de cartes vitales.
La directrice de la Sécurité sociale a assuré qu’il existait un dispositif de lutte anti-fraude assurant qu’un “travail de fiabilisation était utile et nécessaire”. Malgré tout, elle a en effet reconnu qu’il y a “actuellement 58,3 millions de cartes Vitale en circulation”, pour “55,7 millions” de bénéficiaires légaux ». L’écart est donc de 2,6 millions de cartes Vitale. Même si ce surnombre est inférieur au différentiel de 5,2 millions de cartes Vitale actives dénombrées en octobre dernier, cela reste très élevé.
>> À lire aussi – Fraude sociale : les pistes chocs d’un rapport parlementaire pour juguler un fléau à plusieurs milliards
Ce nombre de cartes Vitale en trop en circulation a été relativisé par la directrice de la Sécurité sociale qui a tenu à rassurer. Selon elle, “ce n’est pas parce qu’on a 2,6 millions d’écarts qu’on a plus de consommation”, car les “droits des bénéficiaires sont interrogés lors des prestations par les professionnels de santé ou les administrations”.
Un enjeu de 9 milliards d’euros par an pour l’Assurance maladie ?
En effet, derrière ce chiffre, l’estimation de la fraude sociale reste toutefois difficile à estimer avec précision. Selon Charles Prats, interrogé par Le Figaro, “le député Michel Zumkeller a bien expliqué en commission que ces millions de cartes Vitale représentaient un enjeu de 9 milliards d’euros par an pour l’Assurance maladie”. Mathilde Lignot-Leloup reconnaît pour sa part que c’est “un sujet complexe”, qui fait notamment l’objet d’une “approche coordonnée entre plusieurs organismes”.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif