Fin 2019, les prix de l’immobilier en Ile-de-France et dans l’Oise font une (légère) pause – Le Parisien

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Un ralentissement… pour mieux repartir? Le baromètre des prix des appartements anciens, réalisé par Le Parisien en partenariat avec Meilleurs agents, montre un ralentissement de l’augmentation des prix en Ile-de-France, mais il cache plutôt une pause avant une année 2020 qui prévoit d’être aussi intense que 2019. Département par département, commune par commune, et quartier par quartier pour Paris, découvrez le détail des prix de l’immobilier chez vous.

Les chiffres donnent toujours le même tournis lorsqu’on regarde sur une plus longue durée : en cinq ans, les prix dans la capitale ont augmenté de 29 %, de 48,8 % sur la même période pour le seul quartier Champs-Élysées –, et de plus de 55 % en dix ans !

Même effet en banlieue. C’est notamment le cas en Seine-Saint-Denis et dans le Val-de-Marne où, sur trois mois, les prix évoluent « seulement » entre 0,3 et 0,8 % selon les communes. On se retrouve même avec des prix qui baissent, quand on regarde de plus près, sur cinq ans : – 9,7 % à Montfermeil (Seine-Saint-Denis), – 7,7 % à Ablon-sur-Seine (Val-de-Marne), – 6,3 % à Bonneuil-sur-Marne (Val-de-Marne).

Symbole de ce ralentissement : le Val-d’Oise (- 0,6 %) qui affichait déjà une baisse en octobre, c’est maintenant aussi le cas de la Seine-et-Marne (- 0,2 %), la Seine-Saint-Denis (- 0,3 %) et l’Oise (-0,5 % sur trois mois et – 8,7 % sur cinq ans).

Chaque matin, l’actualité vue par Le Parisien

Votre adresse mail est collectée par Le Parisien pour vous permettre de recevoir nos actualités et offres commerciales. En savoir plus

On devrait rester sur une dynamique semblable à celle de 2019. Il n’y a pas de raison pour que cela change ! Au regard des prévisions de l’Insee, qui prévoit une baisse du chômage, et des annonces de la BCE, qui n’envisage pas de remonter les taux, on est encore sur une dynamique ultra-positive pour l’année à venir.

C’est une question de connexion. L’Oise n’est pas proche de Paris ou de sa banlieue, en transports en commun comme en voiture. Aujourd’hui, ce qui fait augmenter les prix, c’est le métro. On le voit très bien : dans les communes connectées au métro parisien, les prix flambent. Le Grand Paris Express pourra redistribuer les cartes et des villes enclavées, comme Bagneux (Hauts-de-Seine) par exemple, où les prix sont aujourd’hui 30-40 % moins élevés, vont se retrouver sous la lumière.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif