Faute d’espace de stockage, le Texas va remettre le pétrole sous terre

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

C’est un sacré bond en arrière qu’est en train d’opérer le Texas. Alors que des règles en vigueur empêchaient les producteurs de produits pétroliers de les enfouir sous terre pour notamment préserver les sols et l’environnement, la commission ferroviaire de cet État du sud des États-Unis a décidé de faire marche arrière. Depuis l’arrivée de la pandémie de coronavirus, les prix du pétrole ont chuté, mais la production continue. Conséquence : il devient de plus en plus compliqué de stocker les barils et les réservoirs se remplissent vite au Texas. Les producteurs ont commencé à payer les acheteurs pour qu’ils prennent en charge le stockage de ces produits pétroliers, mais l’industrie a décidé d’aller encore plus loin, rapporte le Texas Observer. Et a demandé aux autorités de l’État la permission de stocker ce pétrole sous terre, dans des formations géologiques “peu conventionnelles”.
>> À lire aussi – Le pétrole rechute lourdement, la Chine inquiète
La technique est déjà plus ou moins autorisée outre-Atlantique. Le magazine américain rappelle ainsi que la Réserve stratégique américaine de pétrole (RSP) concentre quelque 641 millions de barils de brut entreposés au sein d’un réseau de cavernes de sel souterraines, qui s’étend de l’est du Texas jusqu’à la Louisiane. La géologie unique de ces cavités fait d’elles le lieu idéal pour le stockage de produits pétroliers sans que ces derniers ne risquent de polluer les eaux potables environnantes. Mais ces caves ont atteint leurs limites, ce qui explique la demande des acteurs de l’industrie du pétrole. Une demande acceptée au début du mois de mai par la Railroad commission of Texas, la commission ferroviaire du Texas, qui régule non pas le réseau ferroviaire mais bel et bien l’industrie du pétrole et du gaz.
Une situation urgente mais des inquiétudes pour l’environnement et la santé
Cette décision doit être “temporaire” et a été prise à l’unanimité. Elle annule certaines provisions qui avaient été prises par le passé interdisant le stockage d’hydrocarbure en dehors des cavernes salines, justement pour empêcher une contamination de l’eau. La nouvelle réglementation ne restera en vigueur que pour un an, et autorise les producteurs de pétrole à stocker leurs produits sous terre pendant cinq ans maximum, précise le Texas Observer. Reconnaissant une “situation d’urgence”, la commission a également décidé de lever l’obligation pour les producteurs de se soumettre à une audience avant de pouvoir enfouir leurs produits et de ne pas limiter la production de brut.
>> À lire aussi – Face à la chute du pétrole, la Norvège retire un montant record de son fonds souverain
Une série de décisions qui n’enchante guère les défenseurs de la cause environnementale. Ils craignent que les largesses accordées à l’industrie pétrolière ne mène à une pollution de l’eau des aquifères (nappes d’eau souterraines) à travers tout le Texas, un danger tant pour l’environnement que pour la sécurité des habitants. Ils dénoncent par ailleurs des décisions prises à la va-vite sans avoir donné le temps aux écologistes et au public de réfléchir à des alternatives. Au total, neuf aquifères massifs sont répartis dans tout l’État et fournissent environ 60 % des réserves d’eau du Texas. Et tous sont situés sous les zones pétrolifères de la région.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif