Epargne retraite : Malakoff Humanis propose le PER Médicis pour les indépendants – Capital.fr

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Un plan d’épargne retraite (PER) d’entreprise obligatoire, un PER d’entreprise collectif (Pereco) et un pour les travailleurs indépendants et professionnels. Voici l’offre d’épargne retraite du spécialiste de la protection sociale Malakoff Humanis annoncée par le groupe mutualiste mardi 9 juin. Les travailleurs non-salariés disposent ainsi d’un nouveau produit d’épargne en vue de la préparation à la fin de la vie active, à savoir le PER individuel Médicis, créé comme son nom l’indique par la mutuelle retraite spécialiste des indépendants et des professionnels indépendants. Un contrat qui, comme tous les nouveaux PER commercialisés depuis le 1er octobre 2019, offre un avantage fiscal à l’entrée puisque les versements sont déductibles des revenus imposables. se fait également de manière classique, c’est-à-dire soit en capital, de manière intégrale ou fractionnée, ou en rentes. “Depuis le 1er janvier, nous avons constaté que 60% des demandes de sorties se faisaient sous forme de capital et 40% en rentes”, remarque le directeur général de Médicis, Michel Clerc. Mais la comparaison avec les autres produits du marché s’arrête là, ce PER exclusivement dédié aux indépendants se différenciant nettement de la concurrence à plusieurs égards.

Un contrat individuel mais une gestion collective

Le PER Médicis, qui n’est autre que la transformation du de la mutuelle Médicis en plan d’épargne retraite, s’appuie en effet sur une offre spécifique, comme le précise Michel Clerc : “Notre PER propose une formule unique, sans profil d’investissement.” Un cas rare dans l’univers des nouveaux plans d’épargne retraite, qui permettent généralement d’opter pour la gestion libre ou la gestion dite par horizon, avec trois profils de risque différents (prudent, équilibré, dynamique). “Il s’agit d’une allocation moyenne déléguée par mandat à différentes sociétés de gestion”, poursuit le dirigeant de la mutuelle.

Contrairement à la plupart des PER du marché, l’épargne n’est donc pas investie en fonction d’un profil plus ou moins risqué mais sur cette allocation “moyenne”, composée majoritairement d’obligations “avec une part d’actions variable entre 12 et 15%”, détaille Michel Clerc. Au 31 décembre 2019, les actifs du PER Médicis étaient notamment placés à près de 67% en obligations, 12,1% en actions et 9,8% en immobilier. “Nos adhérents peuvent avoir accès au détail de ces informations sur leur espace personnel sur internet”, note Michel Clerc. Cette gestion – déléguée notamment à Aviva, Amundi, La Banque Postale Asset Management, Rothschild, Axa ou encore Allianz – volontairement prudente, permet notamment aux épargnants d’être moins exposés aux . Cette exposition moindre aux actifs risqués n’a pas empêché le PER de fournir à ses souscripteurs une performance de 7,43% pour l’année 2019, après frais de gestion du plan de 0,50%. Une rémunération certes faible par rapport à l’évolution du CAC 40 la même année (+26,37%) mais qui prend sens lorsque l’on compare la performance du PER Médicis en 2018 (-1,24%) à celle de l’indice parisien (-10,95%) sur la même période. C’est d’ailleurs cette spécificité qui explique également que, contrairement à de nombreux PER, l’allocation reste la même pour tout le monde, quel que soit l’âge. Exit donc le schéma classique de désensibilisation au risque prévu dans la gestion à horizon qui permet d’abaisser progressivement l’allocation de l’épargne en actions au fur et à mesure que la retraite approche.

Un régime en points

La gestion de l’actif étant collective, le PER Médicis fonctionne comme . En fonction de son option de cotisations (Première, Croissance, Plénitude), l’adhérent peut ainsi choisir des versements mensuels compris entre 37,33 euros et 1.867 euros, cotisations qui lui permettent d’acquérir des “points retraite” convertibles en rentes ou en capital à la liquidation du plan. Au 1er janvier 2020, la valeur de service de ce point, c’est-à-dire celle qui permet de convertir les points en euros, était fixée à 0,253 euro. Les frais sur versements sont pour leur part dégressifs en fonction de la classe de cotisations (de 2% à 1,5%). Michel Clerc indique à ce titre que “les adhérents peuvent à tout moment changer de classes de cotisations en procédant à des arbitrages gratuits”. Par ailleurs, le contrat pourra être souscrit par un simple versement libre de 500 euros à compter de 2021.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif