Epargne: quels plans B au Livret A? – Challenges

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Coup de tonnerre dans le monde de l’épargne : mi-janvier, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a annoncé la baisse du taux du Livret A – totem des Français – à 0,5 %. Son plus bas niveau depuis sa création il y a plus de… deux siècles. Un réajustement conséquent au nouveau mode de calcul décidé en 2018 et qui est appliqué à partir de ce samedi 1er février.

Le rendement du Livret A est en effet la résultante d’une savante formule qui mêle inflation et taux interbancaires. Des taux actuellement négatifs. Ceux-ci auraient même dû faire chuter le pourcentage du livret à 0,23 %, mais la loi a prévu un seuil plancher à 0,5 % pour protéger les épargnants. “Economiquement, tout militait pour une nouvelle baisse du taux. Mais dans le contexte actuel (les élections municipales, la réforme des retraites et “l’affaire” BlackRock), c’est politiquement explosif”, analyse un spécialiste des produits d’épargne.

Incitation gouvernementale

Ce qui a sans doute décidé le gouvernement, c’est de voir qu’en 2019, malgré une rémunération à 0,75 % inférieure à l’inflation, les Français y ont encore déposé 14 milliards d’euros, soit 40 % de plus qu’en 2018. “Le Livret A possède tous les avantages : il est sûr, simple à utiliser, l’argent reste disponible à tout moment et comme ce n’est pas fiscalisé, on a l’impression de faire une bonne affaire !”, résume Philippe Crevel, directeur du Cercle de l’Epargne. En face, les livrets bancaires rapportent en moyenne 0,2 % d’intérêts par an, desquels il faudra en plus déduire la fiscalité. “Dans ces conditions, pas étonnant que plus de 500 milliards d’euros dorment sur des comptes courants qui ne sont pas rémunérés”, constate Marc Tempelman, cofondateur de Cashbee, un site dédié à l’épargne.

Heureusement, il existe des solutions alternatives pour les épargnants totalement allergiques au risque. Dont le Livret d’épargne populaire (LEP). Ce produit réglementé, qui fonctionne comme un Livret A, est rémunéré 1 % net mais plafonné à 7.700 euros et accessible sous conditions de revenus. “Nous voulons le rendre plus attractif, car alors que 40 % des ménages peuvent en bénéficier, il n’y a que 7 millions de LEP ouverts aujourd’hui [contre 55 millions de Livrets A, NDLR]”, regrette Bruno Le Maire. Les conditions d’ouverture vont donc être simplifiées et tous les ménages éligibles recevront un mail d’information de l’administration fiscale cette année.

Promotions à surveiller

Pour ceux qui ne pourront pas en bénéficier, pas de panique, il y a d’autres solutions : les livrets non réglementés. Certes, l’environnement actuel de taux très bas les handicape et les banques n’en font plus des produits d’appel, car ils leur coûtent trop cher. Il existe encore quelques promotions supérieures à 1 %, généralement très limitées dans le temps, ou plafonnées à des montants très faibles (voir tableau ci-dessous), mais qui peuvent être pratiques pour placer des sommes destinées à être utilisées rapidement (projet d’achat immobilier, vacances…).

Les filiales des constructeurs automobiles, qui cherchent à se refinancer, font de gros efforts et leurs propositions sont très intéressantes. Jusqu’au 31 janvier, un nouveau client chez Distingo obtiendra ainsi, la première année, un taux annualisé de 0,82 % net. Mieux que le Livret A ! S’il y dépose 20.000 euros, le taux grimpe même à 1,02 % net. Attention toutefois à bien faire ses calculs pour obtenir un taux annualisé et s’assurer que le jeu en vaut la chandelle. Et quid de l’année suivante, où l’offre de bienvenue ne viendra plus améliorer le taux de rendement ? “Nos clients bénéficient en moyenne d’une offre fidélité par an”, explique Sarah Zamoun, responsable Distingo chez PSA Banque. Offre qui ne sera toutefois appliquée que sur les nouveaux versements.

Les amateurs de nouvelles technologies pourront également utiliser des sites ou des applications qui connectent, à partir d’un smartphone, le compte courant avec un compte rémunéré dans une banque partenaire pour épargner. “Il n’y a alors aucun frais, et les sommes épargnées rapportent en moyenne 1 % (avant impôts) la première année”, explique Marc Tempelman, de Cashbee.

Fonds en euros à privilégier

Enfin, il ne faut pas oublier l’autre placement préféré des Français : l’assurance-vie et son indispensable fonds en euros. Son capital est garanti, comme celui du Livret A, et son rendement, bien qu’en baisse constante (1,4 % en moyenne attendus pour cette année), reste supérieur à ceux des autres placements sans risque. Surtout, contrairement aux idées reçues, l’argent qui y est placé reste totalement disponible. Et si le contrat a plus de huit ans, la fiscalité en cas de prélèvement est réduite aux prélèvements sociaux (17,2 %)… et uniquement sur les plus-values. L’éventail des solutions est donc très large pour gérer au mieux ses liquidités. En attendant la prochaine évolution du taux du livret prévue cet été.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif