Epargne : 5 choses à savoir pour investir en 2020 – Le Parisien

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Les Français sont les champions de l’épargne : 5 436 milliards d’euros, soit l’un des niveaux les plus élevés du monde. Mais placer son argent a rarement été si compliqué. La faute à des taux d’intérêt historiquement bas, voire négatifs, pour certains Etats, dont la France, et à un environnement économique incertain (Brexit, rivalité commerciale Chine – Etats-Unis, etc.). Voici un tour d’horizon pour orienter votre épargne en 2020, en ayant bien à l’esprit ce conseil de base : « Evitez d’investir sur un produit de long terme si vous risquez d’avoir besoin de liquidités à court terme », rappelle Marc Fiorentino, spécialiste des marchés financiers.

2019 s’est révélée flamboyante pour les actions françaises. L’indice phare de la Bourse de Paris, le CAC 40, qui a franchi la barre des 6 000 points en décembre, a enregistré une hausse de 26,37 % sur un an, sa meilleure année depuis 1999. Et ces sommets n’indiqueraient pas une dégringolade à venir selon plusieurs experts. « Le marché a beau être élevé en termes d’indice, il n’est pas survalorisé par rapport au passé », estime François Chaulet, le directeur général de Montségur Finance, société de gestion de patrimoine. « Aux Etats-Unis, en 2013, l’indice S & P500 a dépassé son plus haut de 2007, puis il a doublé dans les années qui ont suivi », renchérit Julien-Pierre Nouen, directeur des études économiques chez Lazard Frères Gestion, l’un des leaders mondiaux du conseil financier et de la gestion d’actifs. Il poursuit, chiffres à l’appui : « En bourse, en additionnant les dividendes et la plus-value potentielle, l’espérance de performance sur le long terme tourne aujourd’hui autour de 6 % à 7 %. »

Les Français la plébiscitent : l’assurance vie représente 1700 milliards d’euros d’encours. Pourtant, ses détenteurs font la grimace. Ce mois-ci, les assureurs-vie vont dévoiler la rémunération des fonds en euros et la comparaison avec les actions promet d’être douloureuse. La rémunération de ces produits sans risque va encore chuter : elle sera autour de 1 % à 1,5 %, au mieux, selon les professionnels.

Elle ne représente que 230 milliards d’euros d’encours, contre 400 milliards d’euros pour les livrets réglementés (livret A, livret développement durable), mais le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, veut en faire « un produit phare de l’épargne des Français ». Un nouveau plan d’épargne retraite (PER) est entré en vigueur le 1er octobre dernier. Objectif : simplifier les offres précédentes – contrats individuels Perp, Madelin (pour les indépendants), ou collectifs souscrits par l’entreprise sous forme de Perco et de PER entreprises – dont les règles complexes pouvaient décourager. « Les épargnants bénéficieront d’une rémunération améliorée de leur épargne grâce à une gestion adaptée sur la longue durée », assure-t-on au ministère de l’Economie. L’heure de la retraite arrivée, l’épargne ainsi constituée pourra être utilisée librement, pour une sortie en rente ou en capital (de manière fractionnée ou en une seule fois). Un déblocage anticipé est également possible pour l’achat de sa résidence principale. Autre avantage : le PER permet aussi de faire baisser son impôt sur le revenu. Les versements volontaires sont en effet déductibles du revenu imposable dans la limite des plafonds en vigueur (calculés chaque année, pour chaque membre du foyer fiscal, à partir des revenus déclarés).

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif