Entreprises, quel réseau social choisir pour faire votre promo ?

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

“Avant d’attaquer à la machette la jungle des réseaux sociaux, la première question à se poser est “Où est ma cible ?” conseille en souriant Isabelle Cougnaud, formatrice en stratégie des réseaux sociaux. Les personnes que l’on veut toucher ne sont pas toujours là où on les attend. A une époque, je cherchais à contacter des agriculteurs. J’ai perdu pas mal de temps sur Facebook avant de m’apercevoir que la majorité d’entre eux étaient sur Twitter.”
Si Facebook, Twitter, Instagram, LinkedIn et YouTube sont aujourd’hui les cinq canaux les plus utilisés à des fins professionnelles (étude Buffer, 2019), il est inutile d’être présent sur tous. “Ne vous dispersez pas, recommande Caroline de la Palme, fondatrice de l’agence de communication Visigo et formatrice en stratégie digitale. Choisissez un ou deux réseaux complémentaires, selon votre cible et vos objectifs, et communiquez régulièrement en proposant des contenus créatifs.” Chaque plateforme nécessite une stratégie distincte correspondant à ses particuliers. Nos bons tuyaux pour un coup de com réussi.
1 – Facebook : pour toucher M. et Mme Toutlemonde
C’est LE premier réseau social mondial. Incontournable donc pour informer l’univers de votre existence. Mais attention à la confusion des genres entre réseaux amical et professionnel. Vous venez sur Facebook pour élargir votre notoriété avec un contenu généraliste et convivial. A moins de créer une page spécifique pour votre profil pro, vos publications doivent être accessibles à tous : réservez vos avis d’expert les plus pointus à un réseau de pairs, comme LinkedIn par exemple.
N’allez quand même pas jusqu’à poster des videos de chatons uniquement pour augmenter votre visibilité ! A vous de doser. “Alimenter votre page au moins trois fois par semaine avec vos actualités, la participation à un événement ou l’organisation d’un meet-up, c’est l’idéal, affirme Isabelle Cougnaud. Cela ne sert à rien de faire des posts plusieurs fois par jour, ils risquent de se cannibaliser les uns les autres : l’algorithme n’en retiendra peut-être qu’un seul.” En revanche, n’économisez pas vos like et vos commentaires sur les posts d’autrui : c’est un moyen d’élargir vos interactions au-delà du cercle de vos amis Facebook.
>> Notre service – Vous cherchez un emploi ou voulez en changer ? Retrouvez des milliers d’offres sur notre site
A savoir également, “l’algorithme de Facebook fait aujourd’hui un peu moins de place aux marques commerciales dans les fils d’actualité”, signale la consultante. Pour faire la promotion d’une activité, mieux vaut donc acheter des encarts de publicité plutôt que compter sur l’écho aléatoire de vos posts. Il faut aussi vous manifester sur les pages des événements et des groupes qui vous intéressent. “Une présence sur Facebook sert surtout à montrer… qu’on est présent, résume Isabelle Cougnaud. Pour étoffer sa stratégie d’influence, il faut impérativement être aussi visible sur un réseau plus pertinent dans son cercle professionnel.”
En brefOn y va pour toucher le grand-public avec des contenus conviviaux et informer de son actualité.
Ça coûte combien ?
Le compte lui-même rien. En revanche, les publicités Facebook fonctionnent par le biais d’un système d’enchères. Le prix dépend notamment de la cible visée.
2 – Twitter : pour asseoir sa crédibilité
Le réseau du flux par excellence, idéal pour le partage d’actualités, les relations presse et la gestion clients. Vous avez intérêt à avoir des choses à raconter, beaucoup de choses ! “J’ai toujours entre 70 et 100 tweets en archive, que je peux lâcher à tout moment, en fonction de l’actualité. Je note mes idées en permanence”, confie Frédéric Fougerat, directeur de la communication, du marketing et de la RSE du groupe Foncia et twittos invétéré, fort d’une communauté de 20.000 followers.
>> A lire aussi – Twitter, Instagram… les marques de luxe misent gros sur les réseaux sociaux
Le cadre s’exprime en son propre nom, sur son domaine d’expertise : la communication. Une présence et une veille qui le mobilisent sept jours sur sept. En plus d’un fort investissement personnel, la clé de la réussite sur Twitter est d’avoir une ligne éditoriale claire… et de s’y tenir. “C’est essentiel pour être identifié, susciter de l’engagement et créer une communauté, explique Frédéric Fougerat. Ce qui veut dire qu’il m’arrive de zapper certains sujets sur lesquels j’aimerais pourtant réagir. Par exemple, je ne prends jamais de positions politiques, sinon je perdrais tout crédit auprès de mes followers.” Question de crédibilité !
L’astuce de pro
Envoyer son tweet au bon moment ! Depuis votre profil, vous avez accès aux statistiques de fréquentation de votre fil. Dégainez donc vos tweets aux heures où vos abonnés se connectent en masse.
En bref
Réseau hyperréactif à l’actualité, Twitter vous permet de gagner en crédibilité auprès d’un cercle professionnel élargi.
Ça coûte combien ?
Gratuit. Une option business pour promouvoir ses tweets existe, mais elle est plutôt destinée aux entreprises.
3 – LinkedIn : le réseau des pros
A l’origine, le site de mise en relations professionnelles rassemblait surtout des cadres et des dirigeants. Tous les corps de métiers y sont désormais représentés. LinkedIn est avant tout une vitrine pour votre parcours pro. Avoir un profil à jour, le plus complet possible, bien travaillé et avec une jolie photo est donc indispensable. “N’hésitez pas à ajouter sur votre CV vos formations, vos expériences de volontariat, précise Caroline de la Palme. Votre profil en sera d’autant plus riche et original.” Mais vous pouvez aussi vous servir de LinkedIn comme d’un tribune, comme Laila Hamdouni, infirmière de nuit, devenue une petite célébrité suivie par 25.000 personnes.
>> A lire aussi – Quels articles poster, qui suivre… les recettes pour gagner en influence sur LinkedIn
La jeune femme a créé son profil il y a deux ans dans l’intention de s’initier aux problématiques de santé publique et de découvrir de nouvelles manières de travailler. Elle en profite pour partager aussi son expérience d’infirmière en établissement pour personnes âgés, racontant le manque de temps, de moyens, de personnel au quotidien. Son témoignage sans filtre fait immédiatement mouche. “J’ai aussi interpellé directement des directeurs d’établissement pour leur faire prendre conscience des problèmes auxquels nous sommes confrontés. Je leur ai posé des questions, suggéré des solutions. Aujourd’hui, ce sont eux qui me demandent mon avis !” affirme Laila Hamdouni.
Grâce à ses contacts qu’elle a noués sur LinkedIn, elle a pu proposer des formations et des conférences, partir en mission humanitaire. “Jamais je n’aurais imaginé faire tout ça !” sourit-elle. Pour y parvenir, elle n’a pas ménagé ses efforts. Ecrire, répondre, commenter : “J’y consacre en moyenne une heure et demie par jour”, précise-t-elle. Isabelle Cougnaud conseille, elle, de publier deux ou trois fois par semaine, pas plus, mais des contenus originaux à forte valeur ajoutée : “Sur Linkedin, il faut privilégier la qualité plus que le volume. Mieux vaut une publication par semaine qui crée le buzz, plutôt que cinq sans résultats.”
En bref
Incontournable pour découvrir et contacter des personnes de votre secteur d’activité, employeurs potentiels ou clients.
Ça coûte combien ?
Profil basique gratuit, premium à partir de 29 euros par mois.
4 – Instagram : pour une touche plus personnelle
Avis à celles et ceux qui adorent se mettre en scène : l’application de partage de photos est le royaume des influenceurs dans les domaines où l’image prime, la mode, la décoration, la cuisine, le sport, les voyages… Alors premier conseil, investissez dans un bon appareil photo. Si votre activité n’est pas suffisamment visuelle, vous pouvez aussi choisir d’en montrer les coulisses : “Sur Insta, je partage mon quotidien d’entrepreneuse, illustre Isabelle Cougnaud, alias @isa_unefemmedigitale. J’explique ce que j’apprends à mes stagiaires, je raconte ma soirée à faire mes cartes de visite… Montrer l’arrière-boutique permet de mettre un visage sur un nom et de dynamiser une marque.” Cette touche plus personnelle complète le profil Twitter qu’elle utilise pour commenter l’actualité de son domaine. Une façon de tisser un lien plus intime avec ses abonnés et de susciter l’engagement de “sa” communauté.
>> A lire aussi – Instagram, Youtube… pensez aux influenceurs pour faire la promo de votre entreprise
N’oubliez pas pour autant de chouchouter vos fans. “Pendant très longtemps, j’ai répondu à tous les commentaires, mais, maintenant, j’ai moins le temps, raconte Rabia Combet, cuisinière passionnée suivie par 181.000 abonnés sur @lalignegourmande. Instagram nécessite une grande présence : suivre d’autres comptes, poster et liker d’autres commentaires de sorte que l’algorithme nous prenne bien en compte.” La jeune femme poste presque tous les jours et n’hésite pas à solliciter sa communauté en organisant des concours.
En bref
On y va pour raconter son quotidien en images. L’enjeu est de tisser un lien plus personnel avec ses abonnés.
Ça coûte combien ?
Le profil basique est gratuit. On peut acheter de la publicité, avec des prix variant selon la cible.
5 – YouTube : pour incarner son expertise
Le canal incontournable de partage de vidéos. La plateforme appartenant à Google, les vidéos y sont mieux référencées dans le moteur de recherche que celles diffusées sur d’autres sites. “Les vidéos face caméra sont un excellent moyen de se faire connaître, pour donner des conseils, incarner son domaine d’expertise et proposer des tutoriels”, énumère Isabelle Cougnaud. Mais attention : n’est pas youtubeur pro qui veut ! Avant de vous lancer, n’oubliez pas que produire des vidéos demande un certain investissement, en temps et en budget.
Aussi, avant de tenter l’aventure youtubesque, mieux vaut vérifier que votre public cible y est bien représenté et qu’il est potentiellement intéressé. Rien de plus déprimant que ces videos d’expert affichant fièrement 5 vues en trois ans… Pour affoler un peu les compteurs, il vous faut impérativement susciter de l’audience sur vos autres fils sociaux. A moins de vous appeler Squeezie, dont la communauté a réussi, en l’espace de quelques minutes, à faire bugger les serveurs de la plateforme de gestion de dons lors du dernier Z Event 2019, organisé en faveur de l’Institut Pasteur.
En bref
On y va pour s’adresser à sa cible face caméra, pour vulgariser son savoir. Et plutôt en complément d’un autre réseau.
Ça coûte combien ?
Créer un compte est gratuit. Il est ensuite possible de payer pour promouvoir ses vidéos. A partir de quelques milliers de vues, on peut aussi gagner de l’argent !
TikTok ou pas TikTok ?
L’application star des ados pourrait bien être le nouveau canal phare à investir en matière de personal branding. A l’origine un réseau social de karaoké, TikTok, la plateforme de partage de courtes vidéos customisées avec musiques et filtres, revendique 800 millions d’utilisateurs actifs par mois. Un nombre plus que suffisant pour attirer des marques comme Coca-Cola, Lush ou Pizza Hut, mais aussi des agences de voyages… “Il faut y aller sans plus attendre, conseille l’entrepreneur et youtubeur Dan Noël. Premiers arrivés, premiers servis !” Evidemment, cela vaut surtout le coup pour cibler des jeunes : 65% des utilisateurs ont entre 16 et 24 ans.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif