Enquête sur l’immobilier londonien : le Vatican licencie

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Dans l’enquête sur un investissement contesté dans l’immobilier londonien, le Vatican s’est séparé de plusieurs des personnes impliquées, a reconnu le Saint-Siège jeudi 30 avril dernier.

Cette enquête avait débuté après que le Vatican a souhaité, en novembre 2018, se désengager d’un fonds d’investissement suisse de 200 millions de dollars (185 millions d’euros), la Secrétairerie d’État récupérant ainsi la gestion directe d’un immeuble londonien où était investie une partie des sommes recueillies par la quête annuelle du Denier de Saint-Pierre, qui sert notamment au fonctionnement de la Curie romaine.

Des malversations avaient alors été identifiées, conduisant le pape à ouvrir une enquête au cours de laquelle des perquisitions avaient été effectuées dans plusieurs bureaux du Vatican, y compris à la Secrétairerie d’État, ainsi qu’il l’avait expliqué aux journalistes lors du vol qui le ramenait de Tokyo, en novembre dernier.

La valeur même de l’immeuble, situé dans le quartier londonien de Chelsea, a été contestée.

En février, la Secrétairerie d’État a obtenu un nouveau permis de construire permettant d’aménager dans cet immeuble non plus des appartements de luxe, comme projeté à l’origine, mais des bureaux.

L’objectif est de trouver à terme un locataire pouvant payer un loyer de 12 millions de livres (13,75 millions d’euros) sterling ce qui permettrait de revendre l’immeuble autour de 300 millions de livres (343 millions d’euros), mais aussi de renégocier un prêt de 100 millions de livres (115 millions d’euros) actuellement à un taux de 5 % et que le Vatican espère ramener à 2-2,5 %.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif