En Italie des masques en chanvre lavables et réutilisables ont fait leur apparition

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Masques anti-coronavirus lavables et réutilisables

Le chanvre comme matière textile pour la production de masques pour le personnel de santé c’est l’idée de Maeko tessuti, qui a déjà commencé à donner les premiers prototypes aux médecins et aux infirmières en première ligne contre les urgences. Le virus et le retour en autarcie ont également déclenché un parcours créatif positif, comme celui de deux sociétés italiennes pour répondre au besoin de matériel sanitaire réutilisable.

Dans l’urgence causée par la propagation du coronavirus, deux marques italiennes Miroglio Group d’Alba et les tissus Maeko, ont commencé à produire des masques en tissu pour couvrir l’une des urgences créées par covid 19.

« Nous étions effrayés par l’idée que nous faisions tous un usage impropre du jetable et que, après cet événement dramatique, nous aurions également à gérer tous les déchets produits tels que les blouses, les masques, les gants, etc : « Entre moi, je pensais qu’il y aurait des solutions. Un jour, sur Facebook, j’ai vu quelques vidéos de médecins de la vieille garde qui m’ont raconté comment ils fabriquaient des masques en tissu qui étaient ensuite lavés à 90 degrés pour être réutilisés. Et puis j’ai commencé à en parler ».

De là, les premiers prototypes ont été réalisés en peu de temps. « Nous avons décidé d’utiliser le chanvre que nous avions en stock, mais comme nous n’avions pas d’élastiques et que la mercerie était fermée, nous avons dû travailler dur. J’ai donc contacté un de mes cousins, qui travaille comme médecin dans un hôpital de Cagliari, dont le père avait un atelier de voile depuis des années. J’ai envoyé le tissu et j’ai commencé à travailler sur les premiers masques, que mon cousin a ensuite emmenés à l’hôpital. Notre idée initiale était de les vendre, mais après avoir découvert qu’à Cagliari, dans les hôpitaux, il n’y avait même pas de masques en papier, nous avons décidé de les donner et avons envoyé plus de tissu.

À ce stade, une étape supplémentaire a été prise, en plus de deux couches de tissu, ils ont ajouté une couche de voile de spi (type de voile hissée à l’avant d’un voilier), légère mais très épaisse.  Aujourd’hui, les masques sont donc confortables, lavables et imperméables. « Il ne faut pas oublier que le chanvre est un tissu naturellement antibactérien, et le premier résultat est que la saleté et les mauvaises odeurs prolifèrent moins », se souvient Cinzia. « Le personnel de santé était très satisfait et entre-temps, nous avons également fourni le tissu à un client de Milan qui a réalisé une autre petite production dont nous avons vendu une partie à des particuliers et donné les autres en cadeau. Le merveilleux témoignage d’un pharmacien est qu’après avoir utilisé nos masques toute la journée, ils m’ont confirmé qu’on ne pouvait pas sentir la salive, alors que dans ceux en papier, elle était très forte ».

Une idée qui est donc née pour une raison environnementale et pour supprimer l’idée que, « puisque nous avons peur du virus, nous avons le droit de salir la planète », se mariant parfaitement avec les qualités du chanvre.

Et il existe plusieurs études scientifiques qui racontent les propriétés antibactériennes naturelles du chanvre, qui sont également transférées dans les tissus qui sont fabriqués à partir de cette plante. Selon une étude scientifique de 2008, les substances présentes dans le chanvre réduisent la propagation de certaines bactéries résistantes aux antibiotiques, dont le staphylocoque doré résistant à la pénicilline (SARM). Potentiels confirmés par une révision de 2014, selon laquelle : « Certaines plantes à fibres naturelles, comme le chanvre, sont considérées comme ayant une activité antibactérienne contre un large éventail de bactéries pathogènes » dans laquelle « le caractère antibactérien pourrait être conféré par les cannabinoïdes, les alcaloïdes, d’autres composés bioactifs ou les composés phénoliques de la lignine ». Alors qu’une autre étude, également de 2014, a mis en évidence ses propriétés antibactériennes contre Escherichia coli.

Ces masques italiens seront donc également durables pour l’environnement et moins chers pour le consommateur. Le Groupe Miroglio pourra fournir les 15000 premiers masques dès samedi. Maeko, qui a toujours choisi de se démarquer sur le marché pour la production de produits durables et biologiques, en utilisant des fibres naturelles durables et biodégradables pour ses tissus, a commencé à produire des masques.

Ces derniers se caractérisent par l’utilisation de tissus fabriqués à partir de chanvre et d’argent ou de fibres de chanvre et de cuivre, deux mélanges naturellement antibactériens, en ligne avec ce que l’entreprise produit habituellement. Même ces masques en tissu antibactérien naturel seront lavables et réutilisables pour l’usage hospitalier.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif