Dépression et cannabis : le cercle vicieux…

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Dépression et cannabis : le cercle vicieux…

Des chercheurs de l’Université de New York ont montré que les personnes souffrant de dépression multipliaient par 2 leur consommation de cannabis. Ces conclusions, issues de l’analyse des données de consommation de plus de 700.000 personnes, présentées dans la revue Addiction, s’expliquent en partie par une perception bien moindre chez les usagers dépressifs, du risque de troubles associés à une consommation régulière et importante de cannabis.

L’étude a interrogé 728.691 personnes âgées de 12 ans ou plus sur leur consommation de cannabis afin d’évaluer les tendances de prévalence de la consommation quotidienne et épisodique de cannabis au cours des 30 derniers jours et de la perception du risque associé à la consommation régulière de cannabis, chez les personnes atteintes ou non de dépression au cours des 12 derniers mois. Les chercheurs ont pris en compte les facteurs de confusion possibles dont le sexe, l’âge, l’origine ethnique et le niveau de revenu.

L’analyse montre  une prévalence de la consommation multipliée par 2 chez les participants atteints de dépression : 18,94% vs 8,67% soit une probabilité de consommation OR : 2,04 ; l’étude montre également une augmentation de la consommation de cannabis plus rapide chez les personnes souffrant de dépression, ainsi qu’une perception des risques de troubles associés significativement plus faible chez ces participants.

Les chercheurs concluent que les personnes souffrant de dépression connaissent une diminution plus rapide de la perception du risque associé à la consommation excessive de cannabis, ce qui peut contribuer à expliquer l’augmentation plus rapide de leur consommation.

Ainsi, l’analyse conclut que la prévalence de la consommation de cannabis au cours des 30 derniers jours chez les personnes souffrant de dépression qui ne perçoivent plus aucun risque associé à une consommation régulière de cannabis est beaucoup plus élevée que chez celles percevant encore un risque associé à cette consommation (38,6 % contre 1,6 %, respectivement).

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Dans notre cerveau, les neurones communiquent par des signaux électrochimiques le long des axones. Pour générer un signal sous forme de décharge électrique et …

Chers lecteurs, Comme chaque année, notre petite équipe se met au vert et prend un peu de repos pendant le mois d’août. Je tiens à vous remercier chaleureusement pour votre soutien et votre …

Recommander cet article :

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif