Didier Raoult ne croit pas au vaccin

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Le plus grand défenseur de l’hydroxychloroquine en France va devoir s’expliquer ce mercredi 24 juin. Le désormais célèbre Professeur Raoult va être auditionné par la commission d’enquête de l’Assemblée nationale sur le Covid-19, où il compte plusieurs partisans. Mais avant cette audition très attendue, le chercheur marseillais a donné une longue interview au Parisien. Un entretien sans langue de bois où il aborde les thèmes sur lesquels il devrait être questionné cet après-midi.
Le chercheur le plus célèbre de France estime ainsi qu’il est “improbable” qu’un vaccin soit prochainement disponible contre le coronavirus. “Contre les maladies émergentes, il y en a zéro, malgré les milliards dépensés”, observe Didier Raoult qui ajoute : “Il est donc statistiquement improbable qu’un vaccin soit disponible contre ce coronavirus. Mais je ne dis pas que cela n’arrivera pas”. Une voix qui détonne alors que le monde est engagé dans une course effrénée pour trouver le remède qui permettra d’immuniser les populations contre le virus.
Effet miroir
Le Professeur Raoult, lui, préfère poursuivre une autre voie et émet une hypothèse : “Une partie de la population était naturellement immunisée contre le Covid avant le début de l’épidémie”. Un taux qu’il chiffre entre “40 et 70%” sans pour autant prétendre connaître la raison de cette immunité. Pour tenter de mieux comprendre le virus, il conseille désormais d’observer la Nouvelle-Zélande “climatiquement proche” de la France, d’autant que l’hiver débute dans ce pays.
>> A lire aussi – Sanofi confiant pour ses deux potentiels vaccins anti-Covid
“Comme nous le faisons pour la grippe, on va essayer de déduire ce qui peut arriver ici en regardant comment le virus se comporte là-bas. Il y a un effet miroir. Si le nombre de cas y flambe, il faudra craindre à l’automne un retour de l’épidémie en France”, explique-t-il. Le célèbre chercheur profite également de son interview au Parisien pour défendre à nouveau son traitement star : l’hydroxychloroquine qu’il prescrit toujours dans l’institut hospitalo-universitaire (IHU) Méditerranée Infection de Marseille dont il est le directeur.
Des “ignares”
“J’ai traité plus de 3.700 patients avec ce médicament. 0,5% de mortalité, pas de toxicité cardiaque”, affirme-t-il estimant qu’on a “voulu le diaboliser”. En réponse aux détracteurs de son traitement, le Professeur Raoult estime que les chercheurs des études Recovery et Discovery, qui ne mettaient en évidence aucun effet bénéfique du médicament, sont des “ignares” qui n’ont pas administré les bonnes doses aux patients et qui auraient mieux fait de lui “demander [son] avis”.
>> A lire aussi – L’OMS annonce la fin des tests sur l’hydroxychloroquine
Un discours qu’il devrait à nouveau tenir dans l’après-midi devant l’Assemblée nationale. Le professeur est auditionné avec plusieurs ministres, dirigeants d’agences sanitaires et d’administration pour disséquer les “défaillances” dans la gestion de la crise due au coronavirus, rappelle Le Monde. Les convocations devant cette commission sont obligatoires sous peine de sanctions pénales et les auditions se déroulent sous serment.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif