Des stocks insuffisants de masques au début du déconfinement, le coup de gueule du patron de Ryanair… Le flash éco du jour

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

On commence par la note de Bercy qui risque d’en faire tiquer plus d’un. Selon ce document émis par les services de la secrétaire d’État Agnès Pannier-Runacher, les réserves de masques lavables en tissu pourraient être insuffisantes au moment du début du déconfinement. Deux à six masques devraient être fournis par l’État comme équipement minimal, selon cette note. Mais au début du confinement, l’Etat n’aura surement pas de quoi en fournir plus d’un ou deux par personne. La pénurie ne sera que temporaire puisque la production et les importations de masques continueront d’augmenter. Si les prévisions sont atteintes, la situation sera résolue au 18 mai.
On continue avec le coup de gueule du jour poussé par le patron de Ryanair, Michael O’Leary. Il menace d’engager des actions en justice contre les compagnies aériennes qui recevront des aides d’État pour survivre à la crise actuelle. L’Irlandais a envoyé un courrier, début avril, à la commissaire européenne en charge de la concurrence, Margrethe Vestager. Il dit s’opposer « au donc arbitraire de milliards d’euros des pays de l’Union européenne à leurs compagnies nationales inefficaces », fin de citation. Il entend par là les compagnies traditionnellement affiliées à un pays, comme Air France ou encore Lufthansa. Il réclame que ces aides publiques soient versées de façon équitable à toutes les compagnies aériennes.
Le chiffre du jour : 700 000, c’est le nombre de tests que l’exécutif veut faire passer par semaine à partir du 11 mai. Samedi 25 avril, Olivier Véran a annoncé qu’au niveau national « nous avons dépassé les 50 000 tests par jour ». Mais l’objectif du gouvernement est bien supérieur : à partir du début du déconfinement, il veut pouvoir réaliser entre 500.000 et 700.000 tests par semaine. Priorité sera donnée aux cas suspects de Covid-19 et aux personnes ayant été en contact rapproché avec des cas confirmés. Le ministre estime toutefois que tester 60 millions de Français est impossible et que cela n’a pas de sens au niveau médical et scientifique
On termine avec les révélations concernant les recommandations du Conseil scientifique. Emmanuel Macron a annoncé le 13 avril dernier que les écoles rouvriraient à partir du 11 mai. Mais un avis du Conseil scientifique, daté du 20 avril, et rendu public samedi, avance une toute autre date. Selon le document, le conseil recommandait une rentrée des élèves en septembre prochain. Pour s’expliquer, il évoque un risque de transmission important dans les écoles et universités, en raison du nombre de personnes dans un même établissement. Le Conseil scientifique a dit « prendre acte de la décision politique » du gouvernement. Mais la révélation de ces informations a entraîné une levée de boucliers de la part de l’opposition et de syndicats dans l’éducation nationale.
> Réécoutez et abonnez-vous à ce podcast sur vos plateformes favorites(Spotify, Deezer, Apple Podcasts, Google Podcasts, Soundcloud…) ainsi que sur les enceintes connectées Google Home, Amazon Echo et Apple HomePod.
> La saga des marques, 21 millions (sur les cryptomonnaies)… retrouvez tous les podcasts de Capital et de Prisma dans notre espace dédié.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif