Comment Diversifier Son Epargne Sur Le Long Terme ? | Forbes France

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Accepter de prendre du risque sur les placements de long terme

En France, les fonds euros ont habitué depuis des années les épargnants à percevoir de bons rendements, sans prendre le moindre risque. Ces placements investis en priorité sur des emprunts d’Etat et des obligations d’entreprise offraient en effet une garantie sur les capitaux placés. La baisse des taux d’intérêt, sous la pression des banques centrales, a mis un terme à cette situation confortable. Désormais, pour donner un peu de rentabilité à leur épargne, les particuliers doivent accepter de prendre des risques.

Ce nouvel environnement nécessite que chacun revoie sa manière d’appréhender l’épargne. D’un côté, les compagnies d’assurance et les banques réfléchissent à proposer de nouveaux placements en phase avec cet environnement macroéconomique. De l’autre, les particuliers, doivent désormais prendre le temps de déterminer, en fonction de leur situation personnelle, le bon équilibre à établir au sein de leur patrimoine financier. Classiquement, la diversification doit s’opérer entre épargne de précaution et placements plus risqués, qui permettent de se projeter sur un horizon plus long, notamment de préparer sa retraite. Sur ce volet long terme, ce sont les actions qu’il convient de privilégier. Leur rendement annuel moyen est en effet attendu autour de 5 % à 6 %. Bien sûr, qui dit actions, dit marchés boursiers potentiellement volatils. Si une récession survient d’ici quelques années, scénario qui ne peut bien-sûr être exclu, les marchés actions pourront ainsi dévisser de 20 % ou davantage sur un an… pour ensuite se redresser sur le long terme.

Trouver le bon équilibre entre actions et obligations pour optimiser le couple performance/risque

Déclinée dans le domaine de l’assurance-vie, cette logique d’acclimatation progressive au risque signifie que les épargnants devront privilégier davantage des portefeuilles diversifiés, intégrant une composante d’unités de comptes, typiquement investies en tout ou partie en actions. Les performances à cinq ans des poches obligataires des fonds diversifiés – le segment le moins risqué du fonds qui contient des titres de dette – risquent en effet d’être proches de zéro, avant même les frais de gestion. Dans un fonds diversifié, l’essentiel de la performance sera alors réalisée par la poche d’actions ou des stratégies visant à délivrer une performance absolue. Compte tenu de la rentabilité attendue des actions, un fonds diversifié, réparti à égalité entre actions et obligations, devrait afficher des performances annuelles moyennes à peine supérieures à 3 % sauf à miser sur une équipe de gestion particulièrement inspirée et performante ! Et si la composante en unités de compte du portefeuille est encore plus modeste, la rentabilité du placement risque d’être à peine meilleure que celle des fonds euros, qui devrait tangenter 1 %.

Envisager de nouveaux types de placements

Au-delà des actions, pour doper et diversifier un peu leur épargne, les épargnants peuvent cibler des placements financiers dans l’immobilier, au travers de la pierre-papier. Dans certaines régions, des rendements de 3%, 4%, voire 5% par an sur longue période peuvent en effet être attendus, même si un investissement en immobilier n’est jamais exempt de risque de perte en capital. Enfin, il ne faut pas négliger les offres à caractère responsable ou thématique, qui ont le double mérite de favoriser les bons élèves sur les plans sociaux et environnementaux, mais aussi souvent d’offrir une bonne performance, en raison de l’attrait de plus en plus marqué des investisseurs pour les sociétés et émetteurs les plus éthiques et responsables.

Nuno Teixeira, Directeur de gestion cross-asset chez Natixis IM Solutions

Propos recueillis entre le 25 et le 29 novembre 2019.

Les perspectives mentionnées sur ce site sont susceptibles d’évolution et ne constituent pas un engagement ou une garantie de la part de Natixis Investment Managers International.

Les analyses et les opinions mentionnées représentent le point de vue de l’auteur. Elles ont été émises entre le 25 et le 29 novembre 2019 et sont susceptibles d’évoluer. Elles ne sauraient être interprétées comme possédant une quelconque valeur contractuelle.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif