Comment Amazon a eu accès gratuitement à des millions de données de santé de Britanniques

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Amazon au cœur d’une polémique sur la violation des données personnelles. Selon l’association Privacy International, Amazon a eu accès gratuitement à des millions de données de santé grâce à son partenariat avec le ministère de la Santé anglais conclu en décembre 2018. Selon Le Figaro, l’association pointe du doigt le manque de transparence du contrat noué entre Amazon et le National Health Service (NHS). Privacy International révèle qu’Amazon aurait eu un accès plus important aux données de santé que ce qui est prévu par l’accord entre les deux parties.
Au départ, ce contrat était pour Amazon un moyen de développer son assistant vocal connecté Alexa. Objectif : le rendre plus autonome possible sur toutes les questions de santé pour répondre au mieux aux interrogations des utilisateurs en la matière. Le géant américain avait ciblé un marché potentiel puisque d’ici 2020, la moitié des recherches en matière de santé devraient se faire par la voix selon le NHS. Ainsi afin de justifier son partenariat avec Amazon, le NHS assurait en juillet dernier dans une note explicative souhaiter “offrir des informations sur la santé par la recherche vocale”.
Amazon a eu accès aux données du site du NHS ainsi qu’à “toutes les informations sur les soins de santé”
En effet, en principe, l’assistant vocal devait aider des personnes âgées ou aveugles qui n’ont pas les moyens de rechercher des conseils de santé facilement à répondre à de simples questions telles que “comment soulager une migraine ?” ou “quels sont les symptômes de la varicelle?”. Or l’association Privacy International révèle qu’en réalité, Amazon a eu accès aux données du site du NHS, mais aussi, et “sans s’y limiter”, à “toutes les informations sur les soins de santé, y compris les symptômes et les causes ainsi que les documents protégés par les droits d’auteur”.
>> À lire aussi – Amazon espionne ses clients en échange de 10 dollars
Amazon a donc aussi pu utiliser le logo du ministère et avoir accès à son interface de programmation d’application (API). Un droit “accordé de manière non exclusive, mondiale, perpétuelle, irrévocable et sans redevance” permettant au géant du commerce électronique d’accéder “à tous les systèmes ou logiciels mis à disposition via les API et de les utiliser, copier, stocker”. En d’autres termes, ces programmes peuvent être utilisés par le géant pour concevoir, développer, fournir et tester des produits, selon Privacy International. En revanche, d’après les documents du contrat, les données personnelles ne sont pas directement transmises à Amazon. “Le problème n’est pas tant la problématique des données personnelles, mais c’est surtout un problème de transparence”, selon l’association.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif