Chômage : cette bonne nouvelle (temporaire) pour les cadres

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

C’est une mesure qui devait devenir effective à partir du 1er mai pour certains. Dans le cadre du premier volet de la réforme de l’assurance chômage, entré en vigueur le 1er novembre dernier, le ministère du Travail a mis en place une dégressivité des allocations chômage pour les hauts salaires, parmi lesquels on retrouve beaucoup de cadres. Pour rappel, cette mesure concerne plus exactement les personnes de moins de 57 ans, au chômage depuis le 1er novembre dernier et qui percevaient un salaire de plus de 4.500 euros brut par mois. Ces allocataires représentent environ 4% des chômeurs indemnisés par Pôle emploi.
Avec cette réforme, ils étaient censés voir leur allocation diminuer jusqu’à 30% au bout du sixième mois d’indemnisation, avec un plancher fixé à 2.261 euros net. Soit à partir du 1er mai pour les personnes au chômage depuis le 1er novembre. Mais dans son décret sur l’indemnisation chômage paru au Journal officiel ce mercredi 15 avril, le ministère du Travail a décidé de suspendre, “pendant la durée de la crise sanitaire”, ce délai de six mois à l’issue duquel la dégressivité est appliquée sur les allocations chômage des plus hauts salaires.
>> A lire aussi – Assurance chômage : voici la mesure reportée à septembre
En réalité, il y a deux cas de figure différents, dont les contours doivent encore être définis plus précisément. Pour ceux dont l’ouverture des droits a eu lieu avant le 1er mars 2020, la durée de cette suspension correspondra au nombre de jours compris entre le 1er mars et, au plus tard, le 31 juillet. Soit cinq mois au maximum. La date de fin exacte de cette période de “répit” doit encore être fixée par un arrêté du ministère du Travail. Pour ceux dont le droit aux allocations chômage a été ouvert après le 1er mars, la durée de la suspension est égale au nombre de jours compris entre le point de départ de leur indemnisation et cette même date devant être fixée par arrêté. Soit jusqu’au 31 juillet au plus tard.
“Cette décision est évidemment à saluer”, souligne la CFE-CGC dans un communiqué. Mais pour le syndicat de l’encadrement, la suspension de cette dégressivité des allocations chômage pour les hauts salaires est “un bon début” seulement. “La suppression est la seule bonne idée”, insiste la confédération. A voir si ce nouvel appel sera entendu par le gouvernement.
>> A lire aussi – Chômage : certains salariés démissionnaires pourront (exceptionnellement) y avoir droit

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif