“C’est quoi ce pays infantilisé” s’agace Roselyne Bachelot en commission d’enquête sur l’épidémie

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Après Didier Raoult ou encore Agnès Buzyn, l’ancienne ministre de la Santé de Nicolas Sarkozy, Roselyne Bachelot était à son tour auditionnée par la commission d’enquête de l’Assemblée nationale, mercredi 1er juillet. Interrogée par les députés sur la gestion de la crise sanitaire par le gouvernement, l’ex-ministre a poussé un petit coup de gueule à l’encontre des médecins. “J’ai entendu un représentant d’un syndicat de médecins dire ‘Nous n’avions pas de masques dans nos cabinets’. Mais enfin, des médecins qui n’ont pas de masque dans leur cabinet, qui se constituent pas un stock, nous n’avions pas de blouse, mais enfin ! (…) On attend que le directeur de cabinet du préfet ou de l’ARS vienne avec une petite charrette porter des masques ? Qu’est-ce que c’est que ce pays infantilisé ? Il faut quand même se prendre un peu en main. C’est ça la leçon qu’il faut tirer. Tant qu’on attendra tout du seigneur du château, on est mal !”, s’est-elle offusquée, comme en témoigne la séquence diffusée par LCP.

Commission d’enquête Covid-19 : le coup de gueule de Roselyne Bachelot devant les députés.”Qu’est-ce que c’est que ce pays infantilisé ? Il faut se prendre en main ! On attend que le préfet apporte des masques avec une petite charrette ?”

Davant la commission d’enquête, l’ancienne ministre de la Santé Roselyne Bachelot tonne contre l’inaction de certains élus locaux et contre les médecins qui se plaignent d’être sous-équipés.Posted by LCP on Wednesday, July 1, 2020
>> A lire aussi – Agnès Buzyn : “vous ne pouvez pas dire que je n’ai pas anticipé”
Questionnée sur la polémique autour des masques dont elle avait fait l’objet après la crise de la grippe A H1N1, Roselyne Bachelot confirme avoir constitué à l’époque un stock de masques conséquent. “J’avais constitué un stock de 1 milliard de masques chirurgicaux, 728 millions de masques FFP2 que j’ai complété, à la fin de la pandémie de grippe, pour assurer à mes successeurs un stock valide et vérifié”, a-t-elle expliqué.
>> A lire aussi – Didier Raoult : “J’étais un extraterrestre dans le conseil scientifique”
Concernant les attaques dont elle a été la cible à l’époque pour avoir surstocké des vaccins, elle assume totalement. “Les procès dont j’ai été l’objet, les procès, les mises en causes ont été d’une telle violence et d’une telle injustice que je comprends les craintes de mes successeurs. On s’est dit peut-être, à un certain moment, il y avait plus de risque à en faire trop qu’à en faire pas assez. Je me moque de l’opinion publique, je fais ce qu’il y a à faire”, a-t-elle insisté. Roselyne Bachelot a été ministre de la Santé et des Sports sous Nicolas Sarkozy de 2007 à 2010. Elle a depuis quitté la vie politique.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif