Ces villes où le port du masque devient obligatoire

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Faut-il rendre obligatoire le port du masque dans les lieux publics ? Alors que le gouvernement a longtemps assuré que cette protection n’était pas nécessaire pour tous, il pourrait revoir sa copie à ce sujet sur les conseils de médecins. “Nous sommes en train d’évoluer vers ça. Il n’est pas impossible qu’on étende et qu’on généralise l’usage du masque, mais en fonction des capacités disponibles” selon un interlocuteur régulier d’Emmanuel Macron, cité par Le Monde. Plusieurs villes n’ont toutefois pas attendu la décision de l’exécutif à ce sujet. Comme le relève LCI, le port du masque va être rendu obligatoire par certaines municipalités.
C’est le cas à Nice, où le maire Christian Estrosi (LR), lui-même guéri du coronavirus, a annoncé que la ville allait livrer des masques réutilisables aux habitants à partir de la semaine prochaine. “Le port du masque nous apparaît comme de plus en plus nécessaire pour éviter la propagation du virus. Nous souhaitons que chaque Niçois en porte un dans la rue”, a-t-il déclaré dans les colonnes de Nice-Matin, sans préciser quand l’obligation du port du masque entrerait en vigueur. A Cannes, son homologue David Lisnard (LR) a annoncé qu’une manufacture allait créer des masques réutilisables en tissu “100% made in Cannes”, dont des exemplaires seront remis aux commerçants. Interrogé par Le Parisien, il a précisé que le port obligatoire dans sa ville dépendra “de la quantité reçue et des dispositions prises au niveau national”.

D’ici 10 jours, nous serons en mesure de fournir à chaque Niçois, un masque aux normes, lavable et réutilisable.Ainsi toute la population niçoise pourra en être équipée & dès lors, je prendrai un arrêté qui imposera de porter un masque pour chaque Christian Estrosi (@cestrosi) April 6, 2020

>> A lire aussi – Finalement, le port du masque devrait être obligatoire, selon l’Académie de Médecine
“Protection nasale et buccale” obligatoire à Sceaux
Le maire de Mandelieu-la-Napoule, dans les Alpes-Maritimes, compte lui instaurer cette obligation. “J’ai demandé à disposer dans les plus brefs délais de réserves suffisantes pour être en mesure d’équiper en masques toute la population de notre ville. La distribution sera effectuée par nos services et gratuite pour les citoyens. Je prendrai ensuite un arrêté pour imposer le port du masque à tous les citoyens se trouvant sur la voie publique. Cette mesure durera le temps nécessaire à la sortie de cette crise”, a annoncé Sébastien Leroy (LR) sur Twitter.

Quand cette #distribution sera effectuée, je prendrai un #arrêté pour imposer le port du #masque à tous les citoyens se trouvant sur la #voie publiqueCette mesure durera le temps nécessaire à la sortie de cette #crise— Sebastien LEROY (@SebLeroyMLN) April 6, 2020

Philippe Laurent, le maire (UDI) de Sceaux de les Hauts-de-Seine, a d’ores et déjà pris un arrêté en ce sens. Comme l’explique Le Parisien, les personnes de plus de 10 ans doivent porter “un dispositif de protection nasale et buccale” dans l’espace public à compter du mercredi 8 avril dans la ville. “A défaut d’un masque chirurgical ou FFP2, les usagers de l’espace public de plus de 10 ans peuvent porter une protection réalisée par d’autres procédés à la condition que ceux-ci couvrent totalement le nez et la bouche” selon le texte.
>> A lire aussi – Sur le tarmac, les Américains payent cash et chipent les masques prévus pour la France

La ⁦@Ville_de_Sceaux⁩ oblige chaque personne de plus de 10 ans à porter une « protection nasale et buccale » pour ses déplacements dans l’espace public, afin de « protéger les autres » et de mieux lutter contre le #COVID19 ⁦@l_amf⁩ ⁦⁦@PetitesVilles⁩ ⁦ pic.twitter.com/PnI5oY0Dcm— Philippe Laurent (@laurent_sceaux) April 6, 2020

Philippe Laurent a annoncé cette mesure après avoir constaté un relâchement dans le confinement le week-end dernier. “Je suis conscient qu’il n’y a pas de masques pour tout le monde mais se couvrir au moins la bouche et le nez avec un foulard, c’est déjà mieux que rien”, explique-t-il au Parisien, tout en critiquant l’attitude du gouvernement : “Les consignes données ne sont pas assez claires, fustige l’élu. On autorise les gens à courir une heure. Mais ils interprètent ça comme ‘On peut sortir’”.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif