Ces millions que perd Air France en n’utilisant pas son carburant

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Air France a présenté vendredi 31 juillet ses comptes, comme toutes les grandes entreprises françaises. Les pertes sont estimées à 2,6 milliards d’euros au deuxième trimestre, les recettes de 1,18 milliard contre 7 milliards l’an dernier et le budget carburant à 218 millions d’euros, contre 1,4 milliard au début de l’année dernière. Mais c’est une ligne des comptes financiers qui a intrigué Le Point : “Impact de la sur-couverture de carburant – 105 millions d’euros”. Il s’agit en fait d’un pari, comme en Bourse, réalisé par la compagnie aérienne, selon le magazine. Cela s’appelle le “hedging” ou couverture carburant : Air France a négocié les dépenses de carburant avec les raffineurs épaulés par les banques. C’est un mécanisme financier qui peut coûter cher : en l’occurrence, Air France n’ayant pas utilisé le carburant, elle paie 105 millions d’euros pour rien.
Le directeur financier du groupe, Frédéric Gagey, explique que l’an dernier, “Air France avait donc anticipé une hausse du baril avec la bonne santé de l’économie et acheté au tarif en cours 60 % de la consommation des douze prochains mois et 20 % de celle de 13 à 24 mois”. Cela avait bien fonctionné en 2019 puisque le mécanisme avait permis une économie de 40 millions d’euros. D’autres compagnies font la même chose : British Airways et Iberia. Cependant, avec la chute du trafic en raison de la pandémie, la consommation de carburant n’a pas été la même. Les compagnies ont privilégié les B777, B787, les A330 et A350, des biréacteurs, plutôt que des quadriréacteurs, A340, A380 et B747.
>> A lire aussi – Coronavirus : Air France-KLM perd 2,6 milliards d’euros au deuxième trimestre
Impact sur le prix des billets
La fluctuation du prix des billets d’avion serait due à cette couverture carburant : elle représente 25% du billet. Les compagnies répercutent rarement la variation quand le baril baisse, car elles ont parfois payé le carburant au prix fort un an plus tôt, précise encore Le Point. En revanche, quand le baril monte, le prix du billet augmente sauf si les compétiteurs décident aussi de faire monter le prix des billets.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment proteger son epargne et ses investissements apres la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

  • Classement par rendement
  • Classement par risque
  • Classement par montant investi

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif