Carlos Ghosn aurait accepté le principe d’un film sur lui

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Et si l’affaire Carlos Ghosn était portée au cinéma dans les mois ou années à venir ? L’idée peut paraître folle, mais pas si saugrenue. A en croire le Daily Beast, le principal intéressé aurait même validé ce projet. Jake Adelstein, journaliste depuis trente ans à Tokyo qui avait décrypté pour Capital les coulisses du système judiciaire japonais, assure que Carlos Ghosn se serait entretenu à ce sujet avec un producteur d’Hollywood dans sa maison de Tokyo pas plus tard que la semaine passée.
Il aurait évoqué “l’idée d’un documentaire ou d’un film exposant son traitement injuste par le système de justice pénale japonais”, assure l’un de ses amis au journaliste. Cet ami lui aurait demandé “quelle serait la fin” de ce possible projet cinématographique. Ce à quoi l’homme d’affaires aurait souri, avant de glisser : “Oh, ce serait une fin surprise”. Nul doute que le dernier rebondissement dans cette affaire occuperait une place importante dans ce récit, alors que l’ancien PDG de Renault et Nissan a fui le Japon pour rejoindre le Liban, lundi 30 décembre.
>> Lire aussi – Carlos Ghosn serait arrivé au Liban avec un passeport français
“Je n’ai pas fui la justice”
Les détails autour de ce voyage non autorisés par les autorités japonaises n’ont pas encore filtré. Carlos Ghosn serait arrivé à Beyrouth lundi et aurait atterri avec un jet privé en provenance de Turquie. Alors qu’il était assigné à résidence à Tokyo depuis avril en attendant son procès, il a assumé ce départ vers le Liban, pays où il a passé une partie de son enfance et où il possède une maison.
>> Lire aussi – Les enfants de Carlos Ghosn prennent la défense de leur père
“Je suis à présent au Liban. Je ne suis plus l’otage d’un système judiciaire japonais partial où prévaut la présomption de culpabilité”, a-t-il fait savoir dans un texte transmis aux médias par son porte-parole. “Je n’ai pas fui la justice, je me suis libéré de l’injustice et de la persécution politique. Je peux enfin communiquer librement avec les médias, ce que je ferai dès la semaine prochaine”, a-t-il ajouté, alors qu’il est sous le coup de quatre chefs d’accusation au Japon.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment proteger son epargne et ses investissements apres la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif