Cannabis thérapeutique: Marlène Schiappa reconnaît une méprise

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Marlène Schiappa photographiée à l'Assemblée nationale le 16 juin. 

POLITIQUE – Un passage sur LCP isolé sur Twitter tourne en boucle depuis lundi soir sur les comptes des observateurs de la vie politique. On y voit la ministre déléguée à la Citoyenneté, Marlène Schiappa, réagir à une question portant sur le cannabis thérapeutique, un dispositif médical qui sera testé au mois de janvier. 

“J’y suis opposée, c’est mon avis personnel qui n’engage que moi”, a répondu l’ex-secrétaire d’État à l’égalité entre les femmes et les hommes, alors que l’Assemblée nationale a autorisé en 2019 l’expérimentation du cannabis thérapeutique pour au moins 3000 patients souffrant de maladies graves.  

Et Marlène Schiappa de dévisser sur un autre sujet: “on prend beaucoup trop à la consommation des drogues dites douces, et même cette appellation ne me convient pas”. Pour appuyer son propos, la ministre a par ailleurs cité la tribune de 80 députés LR qui s’opposent à la dépénalisation du cannabis. 

″Cela mène à la consommation de drogues plus dures, et ça finance les réseaux de traite des êtres humains, et les activités de terrorisme”, a-t-elle poursuivi. 

Expérimentation du #cannabis thérapeutique : “J’y suis opposée (…) On prend trop à la légère la consommation des drogues dites douces”, assène @MarleneSchiappa.

“Cela mène à la consommation de drogues plus dures (…) et cela finance les réseaux terroristes.” #AuditionPubliquepic.twitter.com/E7kuRfhzfq

— LCP (@LCP) October 5, 2020

Un hors-sujet qui a immédiatement fait bondir les députés en pointe sur cette question, y compris dans la majorité. “Désolé Marlène Schiappa, mais là c’est une erreur”, a réagi le député LREM Ludovic Mendes, co-rapporteur de la mission sur la réglementation et l’impact des différents usages du cannabis à l’Assemblée nationale. Utilisant un ton plus provocateur, le député LR Robin Reda a également interpellé la ministre sur Twitter

“Le cannabis médical n’est pas un joint à fumer sur son lit d’hôpital ! Mettez-vous au courant des dossiers soutenus par une majorité transpartisane et lisez ce très bon rapport destiné à éclairer vos lanternes”, a réagi celui  qui a présidé cette commission. Ce rapport, largement couvert par la presse, a été remis le 16 septembre et dressait le portrait d’un pays en retard sur cette question. 

Face à ces réactions, l’entourage de Marlène Schiappa jure qu’il ne s’agit que d’une regrettable méprise. ”La ministre a mal compris la question, elle était sur le cannabis récréatif, car c’était l’objet de la discussion précédent l’émission. Elle a donc répondu sur le cannabis récréatif. Elle a d’ailleurs eu les députés en pointe sur ce sujet pour leur dire”, fait valoir son cabinet, laissant donc entendre qu’il n’y a pas de changement de position du gouvernement. 

Précisons toutefois que le sujet est sensible place Beauvau. Selon L’Opinion, son ministre de tutelle Gérald Darmanin serait pour le cannabis thérapeutique, mais sans l’admettre publiquement. Il faut dire que le ministre a adopté un ton très ferme sur le cannabis en général. Ce qu’une expression favorable à l’égard du seul cannabis thérapeutique pourrait parasiter.  

À voir également sur Le HuffPost: LREM: Pierre Person claque la porte pour les mêmes raisons qu’il avait quitté le PS

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif