Cannabis et cocaïne au volant : il écope de deux condamnations en un mois à Quimper

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
A Quimper, un homme a été condamné à six mois de prison de ferme pour avoir pris le volant de sa voiturette après avoir consommé du cannabis. Photo d'illustration.

À Quimper, un homme a été condamné à six mois de prison de ferme pour avoir pris le volant de sa voiturette après avoir consommé du cannabis. Photo d’illustration. (©Le Petit Courrier – L’Echo de la Vallée du Loir)

Cette audience de comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Quimper (Finistère), vendredi 20 décembre 2019, n’a duré qu’une grosse demi-heure.  

Un homme de 37 ans, habitant à Querrien près de Quimperlé, était jugé pour avoir fait usage de cocaïne et de cannabis, et pour avoir pris le volant en ayant consommé des stupéfiants. Et ce, en récidive. 

Contrôlé au volant de sa voiturette

Le prévenu a été déferré la veille puis placé en détention provisoire. « Les faits qui vous concernent sont extrêmement simples. Si vous êtes renvoyé en comparution immédiate, c’est en raison de votre dernière condamnation pour le même motif, le 2 décembre », lance Christophe Lepetitcorps, le président du tribunal. 

Ce jour-là, la justice avait prononcé l’annulation de son permis de conduire. Six jours plus tard, le 8 décembre, à Querrien, nouveau contrôle par les gendarmes de la brigade motorisée de Concarneau. L’automobiliste se trouve au volant d’une voiturette. Son fils de 9 ans est assis à ses côtés.

Le test salivaire de dépistage aux stupéfiants se révèle positif.

Pour la cocaïne, je ne comprends pas. Cela fait des mois que j’ai arrêté d’en prendre. Pour le cannabis, j’avais fumé la veille.

Lire aussi : Cocaïne à Quimper : sa consommation occasionnelle lui coûte cher

« La peste contre le choléra »

Son casier fait état de cinq condamnations pour autant de suspensions ou annulations du permis de conduire depuis 2002. L’une d’elle concerne une conduite en état d’ivresse, à l’origine d’un accident ayant entraîné des blessures involontaires. 

Cela fait bondir Christophe Lepetitcorps : 

Vous avez troqué la peste contre le choléra ?  L’alcool pour les stupéfiants. Qu’est-ce que vous attendez ? De tuer quelqu’un sur la route ? 

Le procureur, Dominique Tailhardat, n’est pas tendre non plus : « La dernière condamnation qui remonte au 2 décembre aurait dû le faire réfléchir. Il n’en a pas tenu compte. Je n’ai plus confiance en lui. » Il requiert six mois de prison ferme et le maintien en détention. 

« Mal-être alors qu’il a tout pour une belle vie »

L’avocat du prévenu, Me Marc Buisine, fait valoir au tribunal la situation de son client. 

Il éprouve un réel mal-être. Le cannabis fait office de béquille alors qu’il a tout pour avoir une belle vie : un logement, un travail, une famille. S’il est incarcéré, il va tout perdre. 

L’homme est technicien de maintenance dans une grande entreprise à Quimperlé. Il est employé en CDI. 

Le tribunal n’a pas retenu le maintien en détention mais l’a condamné à six mois de prison ferme à effectuer avec un bracelet électronique. Cette peine est assortie d’une interdiction de repasser le permis de conduire pendant un an et de la confiscation de la voiturette.

Plus d'articles

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif