Cannabis: « Ça se passait très bien dans la famille avant que mon fils ne commence à toucher à cette merde », le témoignage d’une mère de famille

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

C’est une question qui revient régulièrement ces dernières années : faut-il légaliser le cannabis récréatif en France. Une mission d’information parlementaire sur le cannabis a d’ailleurs été ouverte à l’Assemblée nationale ce mardi. 

Invité de Jean-Jacques Bourdin mercredi matin sur RMC-BFMTV, le secrétaire d’État chargé de la jeunesse et des associations, Gabriel Attal a estimé “que ça mérite un vrai débat. On est un des pays les plus répressifs et en même temps où les jeunes fument le plus”.

Si la légalisation a toujours provoqué un débat passionné entre les “pour” et les “contre”, les opposant au cannabis récréatif restent très nombreux à l’image de cette mère de famille qui raconte comme la vie de son fils et de sa famille a basculé quand ce dernier a commencé à fumer. 

“Je pense que c’est un mauvais signal pour les jeunes. Nous nous avons été touchés dans notre famille parce que mon fils s’est mis à fumer du cannabis, du shit au début, à l’âge de 17 ans. Il a 21 ans actuellement. Ça se passait très très bien dans la famille avant qu’il ne commence à toucher cette merde. Ça a provoqué des dommages collatéraux dans la famille. C’est devenu quelqu’un de complètement différent. Ça a provoqué des troubles neurologiques, il est devenu violent. Physiquement avec son père et verbalement avec moi. Il y a également une rupture qui s’est installé avec son père et sa sœur alors qu’on avait vraiment une très bonne communication entre nous”, déplore cette mère de famille. 

Vraiment récréatif ? 

Elle explique également qu’ils ont été obligés de le faire hospitaliser dans un hôpital psychiatrique suite à son comportement. Selon elle, son fils a fumé à un moment jusqu’à une dizaine de joints par jour. Notamment à cause du tabac avec lequel il coupait le stupéfiant et qui provoque une dépendance.

“C’est très facile de s’en procurer, ce n’est pas très cher et donc les jeunes sont attirés par ça. Et quand j’entends ‘cannabis récréatif’ ça me met hors de moi, parce qu’on n’a pas passé quatre années à rigoler”, affirme-t-elle.

Selon l’AFP, cinq millions de Français déclarent avoir déjà fait usage du cannabis.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif