CAC40 : 40% de baisse en 4 semaines… stop ou encore ? – Capital.fr

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

En un peu moins d’un mois, l’indice français a fondu de 40%. Sa vitesse de baisse est fulgurante dans un contexte d’explosion de la volatilité. Il y a des arguments qui plaident pour que la baisse commence à ralentir, comme l’action des banques centrales, et d’autres pour qu’elle se prolonge, comme l’évolution de la pandémie de coronavirus dans le monde. On voit pour l’instant que les marchés sont insensibles aux mesures d’urgence mises en place par les banques centrales.

La baisse des taux de 100 points de base de la Fed (un point de pourcentage, NDLR) et l’annonce d’un QE (plan de rachats d’actifs massifs, NDLR) de 700 milliards de dollars n’ont eu aucun impact immédiat sur les indices américains, les contrats à terme sur indices actions à Wall Street ayant rapidement touché leur limit down de 5% dans la foulée puis de 7% après l’ouvertures des marchés actions lundi après-midi. Malgré les interventions des différentes banques centrales à travers le monde, souvent dans l’urgence, c’est-à-dire sans attendre la réunion initialement prévue, les marchés ne parviennent toujours pas à se stabiliser.

Parce qu’en face, la situation sur le front de l’évolution du coronavirus en Europe et aux Etats-Unis continue de se dégrader et que les restrictions et les mesures de confinement se multiplient. Or c’est probablement de ce côté-là qu’il faudra attendre les nouvelles permettant aux marchés d’arrêter leur chute.

L’action des banques centrales et des Etats avec l’annonce de nombreuses mesures de soutien économiques, comme le plan de 25 milliards d’euros validé en Italie, vont permettre de commencer à consolider les fondations d’un édifice qui s’affaisse. Mais il faudra probablement attendre une embellie sur le front de l’épidémie pour commencer à voir les indices s’infléchir plus durablement, même si des rebonds techniques sont possibles entre temps.

Les banques centrales vont agir de façon coordonnée, notamment pour assurer que la liquidité reste abondante, notamment la liquidité en dollar. Le FMI indique qu’il est prêt à mobiliser sa capacité de prêt de 1000 milliards de dollars pour les pays membres.

Si on fait un parallèle avec les crises précédentes, le CAC40 avait baissé de 60% lors de la crise des subprimes et de 65% lors de bulle internet, preuve que l’indice peut aller plus bas tant que le stress persiste. D’un point de vue technique toutefois, l’indice approche d’une zone technique importante formée par deux obliques de long terme. Une première oblique qui passe par les creux de 2009, et une seconde qui passe par les points bas de 1988 et 2009. Ces lignes se trouvent respectivement à 3450 pts et à 3300 pts.

L’approche de ces niveaux techniques pourrait commencer à agir “psychologiquement” sur les marchés et freiner la chute, surtout si des éléments positifs commencent à apparaître sur le front de la progression du coronavirus. Sans oublier la présence de nombreux gaps (trous de cotation) formés dans la phase de chute qui deviendront des objectifs techniques potentiels lorsque le stress commencera à retomber…

Evolution du CAC40 et analyse technique (cliquez sur l’image pour agrandir)

Alexandre Baradez, responsable de l’analyse marchés chez IG France

>> Rejoignez le Club Capital des Boursicoteurs sur Facebook (cliquez sur l’image)

This content was originally published here.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif