Bretagne : face aux incivilités, des plages vont déjà fermer

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

A peine rouvertes et déjà fermées ! Depuis la semaine dernière, il est possible pour les maires d’autoriser, sous certaines conditions, l’accès aux plages de leur commune au public. Mais comme le révèle Ouest-France, cette autorisation n’aura pas fait long feu dans plusieurs communes bretonnes. A Damgan, Billiers et Erdeven, les édiles auraient demandé un nouvel arrêté au préfet du Morbihan afin d’interdire à certaines plages. L’arrêté, qui devait être publié ce mercredi 20 mai, est justifié par la préfecture en raison de “comportements inacceptables constatés durant le week-end dernier”.
“Les incivilités, le non-respect des arrêtés préfectoraux et la destruction du milieu naturel dunaire nous ont forcés à prendre la décision de refermer l’accès à la plage de Kerhillio pour ce week-end de forte affluence”, renchérit Dominique Riguidel, le maire d’Erdeven. Ce dernier donne plus de détails dans les colonnes du Télégramme, avançant que “la gestion des chiens a été très compliquée, pour ne pas dire impossible. ”Dès qu’ils étaient empêchés de rentrer par un accès, un autre chemin moins surveillé était emprunté”, alors que “beaucoup” de leurs maîtres “n’en faisaient qu’à leur guise avec des remarques très désobligeantes”.
>> A lire aussi – La liste des plages qui rouvrent ce week-end
Des bénévoles insultés et menacés ?
A en croire l’édile, “l’ensemble du littoral de la commune d’Etel a été envahi par une population irresponsable ignorant les secteurs sensibles, négligeant la nidification récente et la biodiversité en général”. “J’espère que ce week-end n’a pas réduit à néant ces deux mois qui ont, au moins, profité à la nature”, glisse Dominique Riguidel. Selon Ouest-France, des personnes ont été surprises allongées sur des serviettes sur les plages en question ou en train de promener leur chien alors que cela était interdit. Des bénévoles, chargés de la surveillance, auraient été menacés ou insultés et des ganivelles auraient même servi à allumer des feux. D’autres communes bretonnes pourraient imiter Damgan, Billiers et Erdeven et interdire à nouveau l’accès à leurs plages si le week-end de l’Ascension se passait mal.
>> A lire aussi – La folle idée d’une ville d’Andalousie pour désinfecter sa plage

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif