Boeing, un “rebond du chat mort” de mauvais augure : le conseil Bourse du jour – Capital.fr

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Boeing est à la peine. L’action a été pour le moins malmenée depuis février, au vu de l’impact considérable sur les compagnies aériennes – les clientes de l’avionneur américain – du coronavirus, des mesures de confinement et des restrictions sur les voyages. Pour autant, Jefferies reste positive sur le titre, le jugeant actuellement sous-évalué, au vu d’un objectif de cours ressortant actuellement à 185 dollars, soit un potentiel d’appréciation théorique de 24%, à l’heure où nous écrivons ces lignes.

“La réduction du trafic aérien, la baisse de la rentabilité des compagnies aériennes et l’aide gouvernementale auront des implications à moyen terme sur la production d’avions et les taux de retrait”, note la société financière, qui s’attend à ce que l’utilisation des avions atteigne ses niveaux de 2019 “d’ici à 2023” – un horizon relativement lointain. Par ailleurs, la note de l’avionneur américain a été dernièrement dégradée par S&P.

Boeing compte toutefois parmi les principaux bénéficiaires du plan “historique” de relance de l’économie des Etats-Unis, qui prévoit des centaines de milliards de dollars d’aides pour les entreprises affectées par la pandémie de coronavirus.

Le plan de relance faramineux de Donald Trump prévoit une provision spéciale visant à accorder des prêts de 17 milliards de dollars à des entreprises jugées “critiques pour maintenir la sécurité nationale”. Si la provision ne mentionne pas le nom de Boeing, elle a été rédigée expressément pour le groupe, ont assuré au Washington Post des sources anonymes.

Enfin, et pas des moindres, la Radio-Télévision belge RTBF a indiqué dernièrement que la production du 737 Max pourrait reprendre en mai prochain, selon des sources proches du groupe relayées par Reuters.

Que dit l’analyse technique ?

L’analyse technique (graphique et mathématique) de l’évolution de l’action Boeing est toutefois peu engageante et incite à attendre un meilleur point d’entrée avant de se placer sur la valeur, qui vient de s’échouer sur la moyenne mobile à 20 séances, orientée à la baisse.

“Boeing est l’exemple parfait pour illustrer ce qu’est un dead cat bounce. C’est une expression anglaise pour dire que le rebond sera de courte durée avec risque de rechute derrière, et c’est le cas sur Boeing”, juge à cet égard Nicolas Chéron, responsable de l’analyse marchés chez Binck.fr.

Il juge le dossier Boeing épineux. Et pour l’heure, “le courant reste baissier. Nous verrons s’il se passe de nouveau quelque chose si l’action revient sur support. Pour le moment elle est entre deux eaux, à 150 dollars”, indique-t-il.

Evolution de l’action Boeing et analyse technique (cliquez sur l’image pour agrandir)

>> Rejoignez le Club Capital des Boursicoteurs sur Facebook (cliquez sur l’image)

This content was originally published here.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif