Allemagne : La criminalisation du cannabis est-elle anticonstitutionnelle ?

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

En Allemagne le juge pénal de Bernau se tourne vers la Cour constitutionnelle fédérale pour aider les stoners

La prohibition du cannabis est anticonstitutionnelle. C’est la conclusion à laquelle est parvenu le juge pénal Andreas Müller du tribunal de district de Bernau (près de Berlin). Il a justifié son point de vue la semaine dernière dans une ordonnance de soumission de 141 pages, sur laquelle la Cour constitutionnelle fédérale doit maintenant se prononcer.

Dans le cas en question, un jeune étudiant en génie mécanique de 24 ans avait acheté 2,6 grammes de résine dans le parc de Görlitzer (Berlin) et a ensuite été soumis à un contrôle de police. Comme le jeune homme avait déjà été pris avec de la résine de cannabis, le procureur a refusé d’arrêter les poursuites et a exigé une amende de 150 euros.

Le juge Müller a présenté la procédure à la ville de Karlsruhe. Cependant, il ne s’est pas seulement préoccupé de l’étudiant, mais aussi des quelque quatre millions de consommateurs de cannabis en Allemagne qui sont menacés par la police et la justice à tout moment.

Müller estime qu’il est disproportionné que le cannabis et ses produits, la marijuana et le haschisch, figurent toujours sur la liste des drogues illégales dans la loi sur les stupéfiants. Avec une « consommation modérée » par les consommateurs de base, le cannabis est « relativement inoffensif » et beaucoup plus inoffensif que l’alcool légal. Alors que l’alcool cause des dizaines de milliers de décès par an, le cannabis n’en cause pas un seul, selon Müller. Par conséquent, la possession de petites quantités doit au moins rester impunie.

Dans son ordonnance de soumission, Müller a été le premier juge à utiliser un échantillon que l’Association allemande du chanvre (DHV) a publié fin 2019. Le DHV veut l’utiliser dans le cadre de son « offensive justice » pour faciliter les recours devant la Cour constitutionnelle fédérale.

La légalisation dans d’autres pays pourrait aider.

Mais Müller est lui-même un homme de conviction. En 2015, il a publié le livre « Kiffen und Kriminalität » (Tabagisme et criminalité). Le juge admet aussi ouvertement ses propres expériences (antérieures) avec le cannabis. Müller est considéré comme le juge des mineurs le plus connu d’Allemagne. Il s’est fait un nom en interdisant aux jeunes nazis délinquants de continuer à porter des bottes de combat.

Ce n’est pas la première fois que la Cour constitutionnelle fédérale doit se pencher sur la question du stoner. En 1994, les juges ont décidé qu’il n’y avait pas de « droit à l’intoxication » et que le législateur avait « une marge d’appréciation » dans la classification des drogues. Il n’y avait aucune obligation de traiter l’alcool et le cannabis de la même manière. Afin de maintenir la proportionnalité, il suffisait que les procédures soient généralement abandonnées pour les petites quantités.

Toutefois, M. Müller estime que la solution de l’arrêt des activités proposée par Karlsruhe n’a pas fait ses preuves.

Ce qu’est une « petite quantité » est également défini différemment au niveau fédéral. En Bavière et dans le Bade-Wurtemberg, il peut atteindre 6 grammes, à Berlin et à Brême, 15 grammes. En fin de compte, seuls deux tiers environ de toutes les affaires de cannabis sont classées sans suite. Il y a donc jusqu’à 30000 condamnations par an.

Pour qu’une nouvelle requête à la Cour constitutionnelle soit autorisée, le juge Müller doit prouver qu’il y a eu des « faits nouveaux » depuis 1994. La référence à la légalisation réglementée du cannabis au Portugal, en Uruguay, au Canada et dans les États américains, qui n’a pas conduit au chaos ou à la perte de contrôle, est particulièrement prometteuse. Selon Mme Müller, cela montre que le droit pénal n’est « pas nécessaire » pour atteindre des objectifs tels que la protection des mineurs.

La question de savoir quand et comment la Cour constitutionnelle fédérale traitera le projet de loi est totalement ouverte. D’ici là, l’interdiction du cannabis continuera à s’appliquer. Seuls les juges constitutionnels de Karlsruhe peuvent déclarer des lois inconstitutionnelles.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif