Airbus et Boeing confrontés à des vents contraires durables : le conseil Bourse du jour – Capital.fr

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Crédit Suisse reste positif sur l’action Airbus (code mnémonique AIR – code ISIN NL0000235190), avec un objectif de cours de 82 euros, soit un potentiel d’appréciation théorique de 22%, à l’heure où nous écrivons ces lignes. De même, Oddo, Kepler Cheuvreux et UBS sont optimistes sur la valeur, avec des cibles de cours respectives de 74, 77 et 100 euros. L’action Airbus a subi des vents contraires depuis l’hiver dernier, sur fond de retombées massives de la pandémie de coronavirus sur le secteur du transport aérien. “Un véritable cataclysme a frappé l’avionneur franco-allemand, avec le plongeon du trafic aérien (-90% pendant le confinement) et la chute du marché aéronautique. L’activité d’Airbus s’est effondrée de 40% et sa capitalisation boursière a fondu de 52 milliards d’euros”, rapporte Antoine Fraysse-Soulier, responsable de l’analyse de marchés chez eToro.

Airbus a annoncé dernièrement vouloir supprimer 15.000 emplois, dont 5.000 en France. Et ce, en dépit du plan d’aides du gouvernement destiné à l’aéronautique. Quant à l’américain Boeing, “la crise sanitaire a accéléré un déclin qui avait déjà commencé en mars 2019, avec l’immobilisation du 737 MAX, suite à deux accidents ayant fait 346 morts en l’espace de cinq mois ! L’interruption de la production de l’avion phare de l’époque lui a déjà coûté plus de 18 milliards de dollars ! Par ailleurs, Boeing continue de brûler du cash, car l’avionneur américain a suspendu ses livraisons mais a maintenu une grande partie de sa chaîne de production”, souligne l’analyste. Enfin, Boeing a reçu un nouveau coup dur dernièrement, la compagnie Norwegian Air – un de ses principaux clients – ayant annulé une commande de 92 exemplaires du 737 MAX ainsi que de 5 Dreamliner.

Au vu de la multiplication des cas de coronavirus aux Etats-Unis et d’une reprise du trafic aérien qui ne reviendra pas à la normale avant 2023, “l’avenir semble plus qu’incertain pour les deux plus gros constructeurs aéronautiques mondiaux”, avertit l’expert.

Que dit l’analyse technique ?

Dans un précédent billet technique sur l’action Airbus proposé dans les colonnes de Capital.fr, Vincent Ganne, spécialiste marchés chez TradingView et membre de l’AFATE (Association française des analystes techniques) est revenu sur l’entrée de l’action dans une phase de surperformance vis-à-vis du marché à la fin du mois de mai. “Le secteur aérien fait partie du groupe des derniers secteurs qui ont contribué à la reprise haussière des indices boursiers entre fin mars et début juin. Airbus et Boeing ont une analyse technique similaire, à savoir un point bas trouvé en mars sur un support technique de long terme (48-50 euros pour le constructeur européen), une base qui a donné le point de départ d’une première impulsion haussière fin mai/début juin, avant que cette dernière ne soit retracée à hauteur de 50%”, relève l’expert.

Un support technique s’est ensuite formé sur la valeur Airbus à 60 euros et le marché a démarré une seconde séquence de reprise haussière début juillet, plus lente cette fois-ci. “Dans l’immédiat, un support intermédiaire à 66 euros tient le cours depuis lundi, il faut le préserver pour envisager la poursuite du rebond cette semaine”, met en garde l’analyste.

>> Rejoignez le Club Capital des Boursicoteurs sur Facebook (cliquez sur l’image)

This content was originally published here.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif