Affaire Matzneff : l’aide publique versée à l’auteur devrait lui être retirée

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

L’étau se resserre autour de Gabriel Matzneff. Et les soutiens de l’écrivain, accusé de pédophilie dans un livre, se font de plus en plus rares. Ce serait désormais au tour de l’Etat de s’apprêter à lâcher, à sa façon, le prix Renaudot 2013, expliquent Le Monde et le JDD. Comme révélé par plusieurs médias, l’allocation annuelle aux auteurs que touche Gabriel Matzneff depuis 2002 de la part du Centre national du libre (CNL) devrait lui être retirée.
A en croire le JDD, l’écrivain aurait touché au total 160.500 euros de la part de cet établissement public, en raison de son âge (83 ans actuellement) et de ses faibles revenus (contrôlés chaque année). Franck Riester, le ministre de la Culture, avait annoncé sur Twitter qu’il avait demandé un audit pour avoir “toutes les précisions” sur la situation de Gabriel Matzneff. Vincent Monadé, président du CNL, a pris les devants en lui écrivant pour demander que cette aide sociale ne soit plus accordée à l’écrivain. Une communication officielle est attendue en début de semaine à ce sujet.
>> Lire aussi – Gabriel Matzneff bénéficierait aussi d’un appartement de la Ville de Paris
12.000 euros par an jusqu’en 2013
C’est Jean-Jacques Aillagon, ministre de la Culture à l’époque, qui lui aurait accordé cette aide sociale, même si ce dernier assure au Monde “ne pas se souvenir de l’épisode”. Quatorze autres personnes, hommes et femmes, âgées de 72 à 96 ans, touchent cette aide dont le montant était de 12.000 euros par an jusqu’en 2013, avant d’être baissé à 6.000 euros. Aucun nouveau bénéficiaire ne peut être ajouté depuis un rapport critique de la Cour des comptes de 2013 et cette aide du CNL est donc vouée à disparaître.
Gabriel Matzneff toucherait aussi le minimum vieillesse (10.400 euros par an), des droits d’auteurs, et aurait perçu à quatre reprises des bourses d’auteurs pour l’écriture de roman (1976, 1982, 1987, 1995), ce qui est “beaucoup, même pour une longue carrière”, selon le JDD. Le média confirme au passage qu’il occuperait bien aussi un petit appartement de la Ville de Paris, dont le loyer n’est pas précisé.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment proteger son epargne et ses investissements apres la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif