Achat d’armes, cannabis et Springbreak : les Américains face au coronavirus

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Je vous racontais en début de semaine que, parmi les longues queues qu’on a pu observer ces derniers jours aux États-Unis, il y avait notamment des files d’attente devant des armuriers. En effet, des Américains craignent des pénuries de nourriture et donc des pillages. Ils veulent protéger leurs maisons et leurs familles.

Mais, il y a quelques heures, le maire de Baltimore s’est adressé justement à ceux qui possèdent des armes. Baltimore, c’est une grande ville près de Washington où il y a beaucoup de violence.

Et donc le maire implore les habitants armés de cesser les fusillades. Je le cite : “Nous ne pouvons pas encombrer nos hôpitaux et leurs lits avec des gens qui se tirent dessus sans raison parce que nous allons avoir besoin de ces lits pour les personnes infectées par le coronavirus. Et cela pourrait être votre mère, votre grand-mère ou l’un de vos proches. Alors prenez cela en considération”.

Le cannabis, un commerce essentiel en Californie

Autre spécificité très américaine, dans la baie de San Francisco, où un confinement plus ou moins similaire à celui qui est en place en France, en Italie, en Espagne a été imposé à 8 millions de personnes. La plupart des commerces ont fermé.

À lire aussi


Confinement : comment lutter contre l'isolement

coronavirus

Coronavirus : 6 astuces pour ne pas s’ennuyer pendant le confinement

Je dis plus ou moins similaire car, dans la liste des commerces essentiels établie par les autorités locales, il y a les supermarchés, les pharmacies, mais aussi… les magasins qui vendent du cannabis ! C’est légal en Californie et les pouvoirs publics ont considéré que cela pourrait aider les consommateurs réguliers à passer les prochaines semaines enfermés chez eux.

Et d’ailleurs on a pu voir de très longues queues devant les magasins spécialisés. Je vous cite le patron de l’un d’entre eux qui parlait dans un journal local : “Une fois que tout le papier toilette est parti, ils savent qu’il ont besoin d’un certain soulagement”.

Les étudiants fidèles au Springbreak à Miami

Et puis, plus sérieux mais aussi plus dangereux en cette période de coronavirus : la tradition très américaine du Springbreak, qui correspond aux vacances de mars pour beaucoup d’étudiants. Et la tradition c’est de prendre un vol pour partir au soleil, faire la fête. Il s’agit presque d’un rite initiatique dans la vie étudiante, alliant plage, alcool et sexe.

Et c’est pour cela qu’on a pu voir des images aériennes effrayantes de certaines plages de Floride, pleines de monde, comme si de rien n’était. Alors certaines sont fermées, mais pas toutes. Et même quand elles sont fermées, ces idiots – car ce sont des sacrés crétins – font la fête dans les rues de Miami Beach, par exemple. J’en ai vu tout à l’heure au journal télévisé de CBS, j’avais envie d’insulter mon poste de télé.

Stay. At. Home. That means you, too, spring breakers. pic.twitter.com/jUOgjLaOGN

— Arnold (@Schwarzenegger)

Ils expliquaient qu’ils n’en avaient rien à faire, qu’ils n’allaient pas renoncer à leurs vacances festives pour le virus. Mais tous ces petits cons (sic), ils vont repartir dans quelques jours un peu partout dans le pays, certains vont probablement propager le virus. Arnold Schwarzenegger leur a adressé un message vidéo.

Stay. At. Home. That means you, too, spring breakers. pic.twitter.com/jUOgjLaOGN

— Arnold (@Schwarzenegger)

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif