A Rouen, des habitants se mobilisent contre le ramassage scolaire en calèche

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

L’idée a beaucoup fait parler dans les rues de Rouen, en Seine-Maritime. Pour lutter contre la pollution, la mairie a eu l’idée de mettre en place un ramassage scolaire en calèche. Adopté lors d’un vote électronique par les Rouennais, le projet doit être mis en place pour la rentrée de septembre 2020 dans les quartiers de Grieu et du Vallon Suisse, détaille Ouest-France. Problème : il a provoqué la fureur de deux défenseurs des animaux qui ont décidé de lancer une pétition. Le document, lancé en septembre dernier, a récolté à ce jour 34.155 signatures.
Les deux initiateurs de la pétition demandent à “revoir le soutien à ce dossier”. S’ils disent comprendre et partager “la volonté de proposer un modèle alternatif pour réduire la pollution”, ils invitent “les différents partenaires à revoir leur position en prenant en compte l’ensemble des paramètres. Parmi ceux-ci, l’un fait cruellement défaut : c’est la prise en compte du bien-être animal”. Le projet a pourtant déjà reçu une subvention de 22.900 euros pour acheter le matériel nécessaire.
“Peu de Rouennais” signataires
Alors que Stessy et Manu Tritz dénoncent une situation dans laquelle “la santé mentale et physique” des animaux va être mise en “péril” et “leur bien-être” sacrifié” au nom d’un marketing écolo à moindre coût”, l’adjoint au maire de Rouen chargé de la démocratie participative dénonce une pétition lancée par des “antispécistes”. Jean-Michel Bérégovoy, affirme ainsi sur le site actu.fr que “les auteurs ont affiché la photo d’un cheval mort en Amérique alors que nous, nous travaillons avec l’association écologique Cheval en Seine, reconnue dans toute la Région pour respecter les animaux”.
>> A lire aussi – La moule, un aspirateur à pollution sous la coquille
L’élu EELV estime ainsi “qu’en réalité, peu de Rouennais, et même peu de Français ont signé cette pétition |…] S’il y avait 16.000 Rouennais signataires, là ça aurait posé question. Moi-même, si je fais une pétition pour maintenir les acquis sociaux dans le monde, je peux recueillir 3 millions de signatures”.
Les auteurs de la pétition, de leur côté, demandent un éventuel débat sur la question et enverront un courrier dans ce sens aux élus de la ville. “On parle d’argent public ici. Avec 22.900 euros, on peut par exemple acquérir un Vélobus”, estiment-ils. Reste à savoir si les deux défenseurs du bien-être animal seront entendus. En attendant, le ramassage scolaire en calèche à Rouen reste maintenu pour la rentrée prochaine.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif