239 chercheurs alertent : le coronavirus serait bien aéroporté

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Alors que la pandémie de Covid-19 continue de se propager partout dans le monde, 239 chercheurs de 32 pays viennent de tirer la sonnette d’alarme. Selon eux, le coronavirus persiste dans l’air qui flotte dans une pièce et par conséquent peut contaminer les personnes qui se trouvent à proximité, rapporte le New York Times. Une donnée pourtant réfutée par l’OMS, qui soutient que le virus se propage principalement par de grosses gouttes après un éternuement ou par la toux.
Dans une lettre ouverte, adressée à l’OMS, qui sera publiée prochainement dans une revue scientifique, ces 239 scientifiques demandent à l’agence de réviser ses recommandations. Même dans sa dernière mise à jour sur le coronavirus, publiée le 29 juin, l’OMS assure que la transmission par voie aérienne du virus n’est possible qu’après des procédures médicales produisant des aérosols ou des gouttelettes.
>> A lire aussi – Le virus a muté et serait désormais plus infectieux
D’après le Dr Benedetta Allegranzi, responsable technique de l’OMS dans la lutte contre les infections, les preuves de la propagation du virus par voie aérienne ne sont pas convaincantes. “Au cours des deux derniers mois, nous avons déclaré à plusieurs reprises que nous considérions la transmission aéroportée comme possible, mais certainement pas étayée par des preuves solides ou même claires. Il y a un fort débat à ce sujet”, a-t-elle précisé, relayée par le New York Times.
>> A lire aussi – Le virus pourrait “ne jamais disparaître” avertit l’OMS
Les conclusions des entretiens réalisés par le NYT avec près de 20 scientifiques – dont une douzaine de l’OMS – brossent un tableau d’une organisation qui, malgré de bonnes intentions, est en décalage avec la science. Le comité de prévention et de contrôle des infections en particulier, qui aurait une vision rigide et trop médicalisée des preuves scientifiques, serait lent et peu enclin à prendre des risques dans la mise à jour de ses directives. “Ils mourront en défendant leur point de vue”, déclare même un ancien consultant de l’OMS.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif